Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'autre jour...

Publié le par Chippily

20425115_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

L’autre jour, je tombée sur une publicité vantant le sud de la France. Une publicité qui a commencé à s’éterniser, à devenir pataude, grossière. Et là, je me suis rendue compte que j’étais devant « Vive la France ! » de Michael Youn.

Publié dans N'ImpS !!!

Partager cet article

Repost 0

La science-fiction de l’été : X-Men, days of future past

Publié le par Chippily

X-Men-Days-of-Future-Past-Photos-4-1024x677.jpg

Pitcho, mon pitch : dans le futur, il ferait sombre. Des sortes d’épilateurs géants volants largueraient des robots implacables, créés pour tués. Et les mutants, les X-Men, seraient menacés. Alors, le professeur X et Magneto décident ensemble de retourner dans le passé, supprimer l’événement qui a tout changé.

Enfin ! Enfin un blockbuster qui se fait plaisir ! Qui s’éclate au niveau des images (cf. la scène de la prison, superbe), qui s’éclate au niveau des séquences (cf. celle de la cuisine, drolatique), qui s’éclate au niveau du casting (mais c’est Peter Dinklage ! Omar Sy !!) et qui s’éclate à créer une ambiance (cf. l’introduction et son univers apocalyptique).

Que demander de plus ? Ah si : une remise à zéro du troisième opus (mal digéré par les spectateurs et les producteurs), un vrai fond (avec les thèmes de l’acceptation de l’Autre, de son intégration)… et un Hugh Jackman qui a mis au placard sa jaquette des Misérables pour ressortir les griffes. C’est quand qu’on retourne au ciné le voir ?

P.S : aaaah, c’est en forme de cercueil, et pas d’épilateur !

Partager cet article

Repost 0

La science-fiction de l’été : comment Harold m’a gâchée "Dragons 2"

Publié le par Chippily

dragons-2-1.jpg

Pitcho, mon pitch : on reprend les mêmes et on r’commence ! Après s’être apprivoisés l’un l’autre dans le premier opus, on retrouve Croc’Mou et Harold copains comme cochons. Sauf que… Sauf qu’encore une fois, le danger rôde : un mystérieux homme volerait les dragons.

 Un seul détail vous gêne et tout est à jeter. Replaçons la scène : Harold arrive en soupirant vers sa petite amie. Il en viendrait presque à s’exclamer « c’est pô juste », le petit. La douce guerrière s’enquiert aussitôt de la raison qui pousse son épris à se comporter de la sorte. Et là, scène terriblement gênante et agaçante, où Harold gesticule, ânonne des dialogues laborieux qui en font des caisses… et fout tout en l’air.

L’attente enfiévrée de ce deuxième volet. L’excitation de retrouver les dragons. Tout.

Une boucle bouclée, puisqu’à la fin, il recommencera à se comporter comme un imbécile, lâchant un grotesque, se voulant langoureux, « Viens là, toi » à sa pauvre copine, qui gagne le trophée de potiche de l’année.

Et entre les deux ? Entre les deux, il y avait pourtant du potentiel. Des dragons superbement dessinés. Une musique planante. De l’action. Mais aussi des situations assez crispantes : les scénaristes qui, par la voix du nouveau personnage introduit, ne savent pas quoi inventer pour justifier une si longue absence de sa part ; une scène d’émotion beaucoup trop lourde, qui fait facilement deviner la suite…

Autant se revoir le un, sa fin, et se dire que là, au moins, c’était surprenant et novateur.

 

Homer 1 et demi

Publié dans CiNéMa

Partager cet article

Repost 0

La science-fiction de l’été : deux-trois trucs à sauver de « Transcendance »

Publié le par Chippily

phpThumb_generated_thumbnailjpg.jpg

D’accord, Johnny Depp ressemble à un robot. D’accord, on a tous bien rigolé quand Morgan « Dieu » Freeman et Cillian Murphy ont pris leur mine sévère avant de coller leurs jumelles à leurs lunettes de soleil. Mais, n’empêche, il y a deux trois trucs à sauver dans « Transcendance » de Wally Pfister, LE film de l’été à avoir été anéanti par la critique.

Le deuil, vrai thème du film. Principale source de critique concernant le film : son manque d’originalité à propos de la thématique « cet ordinateur qui voulait tous nous contrôler » (qui est-il ? Quels sont ses réseaux ?). Sauf qu’à y regarder de plus près, c’est surtout le thème du deuil qui transparaît. Si on se focalise dessus, le film devient l’histoire d’une femme qui, sachant son mari condamné, va tout faire pour le « sauvegarder », avant d’aller s’enfermer avec son image dans un lieu désert, où elle vit en se forçant à ignorer sa mort. Et, même si Rebecca Hall passe son temps à chouiner, avouez que c’est beau. Et déjà plus fin qu’une énième relecture de Hal 9000.

La trace de Nolan. Vous vouliez voir l’influence de Christopher Nolan sur le cinéma actuel ? Regardez Transcendance, tout y est. Le film est produit par le réal de Memento, il signé par son directeur de la photographie, le casting emprunte beaucoup aux derniers Batman (Cillian Murphy et Morgan Freeman), etc. Et le début, avec ses images floues et mystérieuses, évoque les premières images…d’Insomnia. Encore un film de Christopher Nolan.

Tous zombies. C’est décidemment un film à voir pour savoir toutes les tendances du moment, que Wally Pfister s’approprie honteusement. Après avoir pris un style à la mode (celui de Christopher Nolan), il se laisse happer par la folie zombie. Car, dans Transcendance, les « hommes connectés » n’ont plus leur cerveau (c’est une métaphore, hein), et courent aussi vite, et en foutant autant les jetons, que les déterrés de World war Z. Quoi ? Vous ne trouvez pas que le film reflète bien cette lubie passagère ? Alors, fixez bien le regard de Johnny Depp dans le film : lui aussi, il est mort.

Publié dans CiNéMa

Partager cet article

Repost 0

La science-fiction de l’été : "Maléfique"

Publié le par Chippily

Maléfique 

Pitcho, mon pitch : il était une fois une charmante fée cornue qui répondait au doux nom de… Maléfique. Une enfant, donc, que ses parents ne devaient pas beaucoup aimer, et qui était déjà prédestinée à n’être l’héroïne de rien du tout. Jusqu’au jour où Disney se pencha sur son berceau, et commença à imaginer les causes qui l’avaient menée à devenir la reine sombre qui condamna la Belle…

Rien ne va plus au royaume des contes de fées ! Hansel et Gretel sortent l’artillerie lourde pour dézinguer de la sorcière ; Blanche-Neige galope cheveux au vent et en cote de maille sur la plage… Et voilà pas que Disney nous sort un film entièrement basé sur un de ses personnages les plus cruels : Maléfique, alias la marâtre qui condamne la Belle au bois dormant à une éternité de sommeil.

Fallait le faire. Surtout avec la bankable Angelina Jolie (si maigre qu’on ne sait plus si les joues pointues qu’elle arbore sont vraiment les siennes ou des postiches) dans le rôle de la sadique/jalouse/perfide/rayezlamentioninutile sorcière au rire démoniaque (un rôle qui « lui va comme un gant », siffle ma voisine, grande fan de Jennifer Anniston).

"Où sont ses ailes ?"

Et, curieusement, ça marche. Peut-être grâce au scénario de Linda Woolverton, qui est revenue aux sources du conte. « En le relisant, je me suis rendu compte que Maléfique était une fée, expliquait-elle récemment à Studio Ciné Live. Et là, je me suis demandée : si c’est une fée, où sont ses ailes ? » Cette question sera l’occasion d’un développement très intéressant, voire surprenant pour ceux qui s’attendaient à de la miellerie dégoulinante (certains ont quand même vu une métaphore du viol dans ce qui se passe).

Mais que ces derniers se rassurent : les personnages neuneus sont toujours là, alleluia ! Les fées donnent envie de foutre des baffes, Aurore est d’une naïveté déconcertante, et le tout baigne dans un monde kitscho-moche.

Heureusement, les plus âgés oublieront tout ceci, ainsi que la fin archi-prévisible, pour se focaliser sur l’excellent face à face Angelina Jolie/Sharlto Copley (condamnée à jouer les méchants depuis son interprétation du barré Kruger ?) et la complexité de ces deux personnages.

Publié dans CiNéMa

Partager cet article

Repost 0

"C'est bizarre"

Publié le par Chippily

ob_39f8d9_maxresdefault.jpg

 

Risques de spoils ! 

- Je sors de « Tristesse club »… C’est quoi ce film ??!

- Pourquoi ? Il est bizarre ?

- Il est pire que bizarre même...

- Comment ça ?

- Je sais pas, c’est tourné de manière bizarre, les personnages sont bizarres, l’histoire est bizarre…

- C’est quoi l’histoire ?

- C’est deux frères qui apprennent que leur père est mort. Et là, ils rencontrent leur sœur, qui est en fait pas leur sœur, qui leur dit que, en fait, leur père il est pas mort… Enfin, c’est vraiment bizarre.

- Ah, mais oui, je vois maintenant de quel film tu veux parler ! C’est celui avec Vincent Macaigne ?

- Qui ça ?

- Un chevelu barbu chiant (t’as pas lu mon article à son sujet ??).

- Ah ouais, possible. Bah la prochaine fois, faut vraiment que je regarde la bande-annonce avant d’aller au cinéma ! J’en ai marre de me faire avoir !

- C’est sûr qu’aller voir The Conjuring sans savoir de quoi ça parlait et en pensant passer un moment marrant avec ses potes, fallait le faire…

Publié dans N'ImpS !!!

Partager cet article

Repost 0