Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'affiche officielle du 63ème festival de Cannes

Publié le par Chippily



Publié dans buZZ

Partager cet article

Repost 0

C’est ce qu’on appelle une VDM…

Publié le par Chippily

Bon, d'un côté, quand on voit l'affiche...on comprend tout de suite

Vu aujourd’hui dans le « Métro » (le magazine, pas l’espèce de train fantôme qui sent le moisi) : « Uma Thurmann : L’actrice est à l’origine du bide de l’année au Royaume-Uni. Son nouveau film, « Motherhood » [ndlr : film sorti en France en décembre dernier. Si, si.] , a été vu par UN SEUL spectateur le jour de sa sortie en salles, soit un chiffre d’affaires de 88 livres sterling. »

Bon, pour le 88, j’ai un doute (ce serait pas plutôt 8,8 livres sterling ? A moins que le spectateur, pote à Uma, ait acheté plusieurs places pour rentabiliser un peu le truc et faire plaisir à l’actrice) mais sinon, ça mériterait presque une entrée dans le livre Guiness des records, ça ! Bien sûr, la question est « Mais qu’est-ce qui est arrivé à Uma pour tomber aussi bas ??? » (ou bien « mais qu’est-ce que foutait ce spectateur dans cette salle ??? Il avait pas lu le pitch avant de voir le film,ou quoi ??? », c’est selon).



Publié dans buZZ

Partager cet article

Repost 0

« Tonnerre sous les tropiques » et ses 3 acteurs clefs

Publié le par Chippily

Pitcho, mon pitch : quand une bande d’acteurs aux égos surdimensionnés partent en tournage au Vietnam pour y réaliser « le plus grand film de guerre de l’Histoire » et que ça dérape, ça donne… bah, ça donne « Tonnerre sous les tropiques ». Zoom sur les trois acteurs qui tirent leur épingle du jeu dans ce film parodiant le système hollywoodien.



Publié dans CiNéMa

Partager cet article

Repost 0

Deux répliques cultes des Simpson

Publié le par Chippily

Aaaah (soupir de bien être)... Je crois que je ne m'en lasserai jamais...

* Homer Simpson fait la leçon à Bart, qui vient de voler un jeu vidéo dans un magasin.

"Pourquoi tu crois que je t'ai emmené voir tous les Police Academy ??? Pour rire ?!? Moi j'ai pas entendu un seul rire dans la salle !"

* Homer a invité ses amis à un barbecue. Barney arrive.

Homer : (ravi) Waouh, Barney ! Tu as ramené un tonneau de bière !!!

Barney : Ouais. Où est-ce que je peux le remplir ?



Publié dans SéRiEs

Partager cet article

Repost 0

Le dernier épisode du "visiteur du futur" !

Publié le par Chippily

Ca fait un petit moment maintenant que je suis tombée sur "Le Visiteur du futur", web série SF...et que je n'arrive pas à décrocher. Malheureusement, c'est déjà la fin et l'épisode final est vraiment génial ! (bien sûr, si vous n'avez pas suivi depuis le début, allez voir tous les épisodes sur dailymotion ou ici). Si vous cliquez sur la vidéo ci-dessous, voilà ce qui va se passer...





Publié dans buZZ

Partager cet article

Repost 0

L’arnacoeur

Publié le par Chippily

Romain Duris. Universal Pictures International France

DIVINE IDYLLE

Pitcho, mon pitch : le job d’Alex (Romain Duris) ? Oh, un truc banal : il séduit des femmes en couple pour leur redonner goût à la liberté, moyennant finance d’un oncle, d’un père ou de cousins en froid avec l’amoureux actuel de la femme (vous avez suivi ?). Mais les choses se corsent quand Alex doit briser le couple de Vanessa Paradis, qui se marie dans quelques jours…

Ce qui est bien quand on va voir une comédie au cinéma, c’est l’ambiance. Surtout quand on est un samedi soir, que le film vient de sortir et donc que la salle est bondée. Les gens s’esclaffent, applaudissent même parfois et il y a toujours le gugusse au gloussement de dinde qui rit à contretemps, provoquant l’hilarité de la salle. Si cette atmosphère peut vite devenir énervante quand vous êtes le ou la seule à ne pas rire devant le film (ah, « Neuilly sa mère »…), elle devient réjouissante et même franchement géniale quand le film est sympa, ce qui fut le cas pour « L’arnacoeur ».

Principal atout de ce film : son acteur principal, Romain Duris. Semblant tout droit sorti d’une pub pour parfum Dior, il séduit à tour de bras d’un œil pétillant les jeunes « malheureuses », n’hésitant pas pour ses « missions » à effectuer quelques pas de danse, à chanter (faux) ou à pleurer, le tout sous le regard conquis du public…et celui critique de Vanessa Paradis, pas mal du tout en fille à la poigne de fer. On évite ici brillamment toute mièvrerie pompeuse pour avoir droit à une véritable course contre la montre, rythmée par une B.O dynamique, où Duris n’a que quelques jours pour faire annuler le mariage de Paradis. On pourra déplorer parfois des gags un peu trop convenus (le archi classique coup des 2 bonhommes qui parlent dans une langue étrangère pour ne pas que la fille les comprenne alors qu’elle parle cette langue parfaitement etc.) ou un peu lourds (les répliques du beau-frère boulet) mais l’ensemble tient bien la route, et s’avère parfaitement sympathique.

Pas une grande comédie romantique, mais pas une bluette à l’eau de rose écœurante non plus, « L’arnacoeur » mériterait bien 2,5 étoiles. Note qui n’existe pas sur Allociné. D’oh.



Publié dans CiNéMa

Partager cet article

Repost 0

Shutter island

Publié le par Chippily

Mark Ruffalo et Leonardo DiCaprio. Paramount Pictures France

UN FILM DE FOU(S)

Ces derniers temps, c’est vraiment chaud de faire des articles, entre emploi du temps surchargé et examens nombreux. Mais je ne pouvais pas ne pas parler de ce quasi « événement » qu’a été « Shutter Island », film où on apprend entre autre à faire une lobotomie à ses amis à l’aide d’un pic à glace, et surtout que même à Léo, ça va pas les cravates fleuries. Petite critique du film, où, promis, je ne ferai pas comme Camille Combal (de « Azap ») en vous révélant la fin.

Pitcho, mon pitch : Le Marchal Teddy Daniels est envoyé sur une île (oui, elle s’appelle Shutter Island ! Comment avez-vous deviné ???) investie par un hôpital psychiatrique pour résoudre une mystérieuse affaire : une patiente s’est enfuie. Problème : aucune trace d’infraction dans sa cellule, qui était fermée à clef (oui, ça ressemble au « Mystère de la chambre jaune »,… mais la chambre n’était pas jaune). Lieu fermé + vision subjective + indices à la pelle + quelqu’un qui sait… hum, je ne sais pas pourquoi, mais ça sent le film à twist... 

Leonardo DiCaprio, Ben Kingsley. Paramount Pictures France

« Bon, d’accord, Léo, on est un asile psychiatrique… Mais quand même !! Alors, désolé, mais ta Chippily, là, on la prend pas. C’est un cas trop désespéré. »

2 heures et 17 minutes ! 2 heures et 17 minutes à essayer de deviner le twist ! 2 heures et 17 minutes à se creuser la tête pour se rendre compte à la fin que c’était encore plus tordu que je ne l’avais imaginé. Et, bizarrement, ça marche, et très bien même. Tout en essayant de se remémorer le film pour éviter de payer à nouveau 6,70 euros (prix d’une séance à tarif réduit à l’UGC), on voit se dessiner un film bien malin, servi par des acteurs impeccables. Je l’avoue, d’habitude, je n’aime pas spécialement Léonardo Dicaprio, mais là, j’ai été vraiment bluffée par sa composition d’un homme traumatisé par son passé (il ne cesse de repenser aux camps d’extermination et à sa femme morte), le tout en portant des cravates affreuses (et rien que pour ça, il mérite l’Oscar). Scorsese exploite très bien les troubles de son personnage en usant de plans brusques et de faux raccords déconcertants. Mais tout n’est pas parfait : on peut reprocher au film une musique de début un peu trop pompeuse et quelques clichés (la vieille folle aux yeux d’un bleu étrange qui fait « Chut », figure mille fois vue et revue). Malgré tout, la force du récit (adaptation d’un livre de Dennis Lehane) et les acteurs remarquables font de ce « Shutter Island » un très bon thriller torturé.

GLOP : les acteurs, le scénario tordu à souhait

PAS GLOP : la musique vraiment lourde du début, les poncifs liés à la folie



Publié dans CiNéMa

Partager cet article

Repost 0

Cotton Club

Publié le par Chippily

Richard Gere. Collection Christophe L.

Pitcho, mon Pitch : une plongée dans l’Amérique des années 20-30 par le biais d’une célèbre salle de danse à Harlem, « le Cotton Club » où se déroulait une implacable guerre entre mafieux.

Autant le dire tout de suite : je me suis vraiment ennuyée devant « Cotton Club ». Déjà, parce que le film ne va jamais au bout de ses idées (le groupe de danseurs noirs aurait pu être beaucoup mieux exploité, le couple « mixte » aussi). Ensuite, car on a la désagréable impression que « Cotton Club » ne cesse de courir après « Le Parrain » en espérant devenir un film aussi dense mais sans jamais y parvenir : mêmes thèmes (la pègre, la famille), mêmes procédés (la scène de meurtre durant une danse rappelle beaucoup trop la scène d’assassinats durant le baptême) mais pas la même force, la même envie. « Cotton Club » se contente d’être un bel objet qui n’émeut pas, ne transporte pas, et qui ne prend aucun risque. Dommage.



Publié dans CiNéMa

Partager cet article

Repost 0

Dans la série des pubs pas mal faites du tout...

Publié le par Chippily

... voilà celles qu'avait fait "13ème rue" pour le lancement de la série "Heroes" sur sa chaîne. Ou pourquoi par moments, des super pouvoirs, ce serait vraiment vraiment utile...



Publié dans PuBs

Partager cet article

Repost 0

Oscars 2010 : les photos les plus insolites de la soirée

Publié le par Chippily

Je suppose que tout le monde a checké les résultats des Oscars ce matin, que tout le monde a vu les jolies robes et les jolies madames botoxées dedans, que tout le monde y est allé de son petit commentaire sur les résultats...donc je ne vous en parlerai pas. Je vais plutôt mettre une petite sélection de photos non des gagnants, non des plus beaux habits de la soirée, mais des moments les plus décalés de la cérémonie qui s'est achevée ce matin à 6h, heure française. Et vous verrez que, si "Avatar" n'a pas fait le plein côté statuettes dorés, il a été au centre des attentions...

Après s'être déguisé en Joaquin Phoenix l'année dernière, Ben Stiller a préféré les nattes, les grandes oreilles et le teint bleu des Na'Vis d'"Avatar" pour remettre un prix. Mais le plus bleu de la soirée, c'était James Cameron, après le triomphe de son ex-femme avec "Démineurs".

Visiblement, certains (comprenez : Zac Efron) s'y sont pris un peu au dernier moment pour se préparer et se sont concoctés un petit style fait à la va-vite. Ou alors, il y avait vraiment beaucoup de vent à L.A ce soir là...

Steve Martin : "C'est incroyable ! Avec ses lunettes, j'arrive à voir tout le monde en 3D !!!"

Décidemment, Robert Downey Jr est un homme qui ne fait rien comme les autres : aux Golden Globe, reçevant un prix pour son rôle dans "Sherlock Holmes" il a refusé de remercier "son chien et sa femme de ménage", et aux Oscars, il est venu affublé de lunettes de soleil (ou alors de lunettes 3D nouvelle génération) et d'un petit noeud pap' bleu. Et le pire, c'est que ça lui va encore bien. 



Publié dans PHOTOs

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>