Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

10 articles avec livres

Que vaut le livre "La fille du train" ?

Publié le par Chippily

Emily Blunt dans le film "La fille du train".

Emily Blunt dans le film "La fille du train".

"La fille du train", avec Emily Blunt, sort le 26 octobre chez nous. Mais que vaut le bouquin de Paula Hawkins, dont est tiré le film et qui cartonne en librairie ?

Depuis "Gone girl" de David Fincher, tout le monde semble le redécouvrir : LES APPARENCES SONT TROMPEUSES. Et ouais. Paraît qu'il y a même un proverbe là-dessus, avec les habits d'un moine ou je ne sais quoi, mais plus personne ne s'en rappelle.

Quoi, cette jolie jeune femme n'aurait donc pas forcément un coeur d'or alors ?

Que vaut le livre "La fille du train" ?

Ce jeune homme, beau comme un Dieu, ne serait donc pas obligatoirement une âme charitable, avec un destin de médecin humanitaire auprès des enfants d'Haïti ?

Que vaut le livre "La fille du train" ?

Et ce Monsieur...euh...

Que vaut le livre "La fille du train" ?

Laissez tomber.

Donc, les apparences sont trompeuses et Rachel, l'héroïne du livre "La fille du train", va vite le découvrir. Chaque matin, assise dans son RER D train, elle voit un joli petit couple qui lui semble idéal (il faut dire que la fille a la même tête que Jennifer Lawrence). Elle leur donne même des petits noms, Jason et Jess, c'est trop choupi.

Sauf qu'un jour, elle voit Jess avec un autre homme. Et, quelques jours plus tard, elle apprend que Jess a disparu...

Que vaut le livre "La fille du train" ?

Je ferme là le robinet à ironie, car force est de constater que Paula Hawkins maîtrise son sujet : changements de points de vue et suspense ne cessent de relancer le récit. Et on se prend très vite au petit jeu de deviner qu'est-ce qui s'est vraiment passé. Dur dur alors de lâcher le bouquin.

De plus, l'auteure a eu le cran de faire de son héroïne une femme névrosée et alcoolique, bref pas vraiment un modèle à suivre, à qui on a souvent envie de botter le derrière.

Alors, tant pis pour le postulat gnangnan de départ : les 453 pages (version livre de poche) se lisent d'une traite. Et pour dire, même Télérama a été convaincu.

Publié dans LIVREs, CiNéMa

Partager cet article

Repost 0

Que lire sur la plage cet été ? "Hollywood dans les années 1930"

Publié le par Chippily

Que lire sur la plage cet été ? "Hollywood dans les années 1930"

Après "Le Nouveau Hollywood" de Jean-Baptiste Thoret et Brüno, on rétropédale pour "Hollywood dans les années 30", un ouvrage cosigné par l'illustrateur Robert Nippoldt et le critique de cinéma Daniel Kothenschulte.

1900. Hollywood compte 500 habitants et s'appelle encore "Cahuenga". Il suffira de l'essor d'un art encore méconnu appelé cinéma et d'agents immobiliers plantant sur la colline le mot "Hollywoodland" pour que le spectacle commence.

Un spectacle que le (gros et grand) livre "Hollywood dans les années 30" veut retracer à travers des chronologies, des portraits de stars (de Buster Keaton à Marlene Dietrich) et des focus : ce qu'il était interdit de montrer au cinéma ou, plus insolite, l'emplacement des grains de beauté de Jean Harlow selon ses films.

Que lire sur la plage cet été ? "Hollywood dans les années 1930"

Alors non, ça ne se lit pas d'une traite à la plage (surtout qu'il est lourd à porter, le bougre). Et le côté "catalogue" peut vite donner envie de refermer le bouquin. Pourtant, il y a des anecdotes à glaner ici et là. Comme le fait que Charlot fit rejouer 342 fois une scène à une comédienne. Avant de la renvoyer.

Le livre rappelle aussi qu'à une époque, le public des cinémas avait le droit à un dessin animé avant son film. Et que la déception était souvent au rendez-vous quand Mickey et ses amis passaient à la trappe. Ce qui inspira à des petits génies en 1932 une chanson : "What ! No Mickey Mouse ?" Qui fut un carton.

Publié dans LIVREs

Partager cet article

Repost 0

Que lire sur la plage cet été ? "Le Nouvel Hollywood", de Jean-Baptiste Thoret et Brüno

Publié le par Chippily

Dans le sac à dos de M et Mme Lapins crétins bretons, aujourd'hui, une BD...

Dans le sac à dos de M et Mme Lapins crétins bretons, aujourd'hui, une BD...

Ca y est, l'été est lancé : l'alerte canicule est déclenchée en Bretagne (!) et il faut vite un livre pour aller se prélasser sur la plage. Après des mémoires à rallonge et des énigmes pas top, au banc d'essai aujourd'hui : la BD "Le Nouvel Hollywood", par Jean-Baptiste Thoret et le dessinateur Brüno.

"Mouais." C'est la première chose qui me vient à l'esprit quand je prends en main "Le Nouvel Hollywood". C'est que cette période du cinéma américain, je l'ai vu en long, large et travers dans mes cours. Et le style du dessin de couverture ne m'enthousiasme pas trop. 

Je me lance et...surprise, ça se tient plutôt bien ! Il y a des explications claires pour les néophytes et des petites anecdotes pour les connaisseurs (dont certaines un peu tristes). 

Pauvre Francis Ford Coppola...

Pauvre Francis Ford Coppola...

L'ouvrage n'hésite pas à aborder des réalisateurs peu connus du grand public, comme Hal Ashby. Et je me laisse peu à peu convaincre par le dessin, pas si mal finalement.

Ultime argument : le prix, riquiqui (10 €). Tout comme le format. Pratique pour glisser "Le Nouvel Hollywood" dans une poche avant d'aller à la plage.

Publié dans LIVREs

Partager cet article

Repost 0

Que lire sur la plage cet été ? "25 énigmes à l'âge d'or du cinéma", Philippe Lécuyer

Publié le par Chippily

Que lire sur la plage cet été ? "25 énigmes à l'âge d'or du cinéma", Philippe Lécuyer

Ca y est, vous avez lu "Suivez mon regard" d'Anjelica Huston en long, large et travers ? Alors mettons un autre livre sur le banc d'essai des ouvrages à emmener ou non sur la plage : "25 énigmes à l'âge d'or du cinéma", de Philippe Lécuyer.

Quand j'étais petite, ma mère m'avait abonnée au mensuel D-Lire. C'était pour les pré-ados, il y avait une petite histoire, des jeux, et une énigme à la fin. Il s'agissait, à l'aide de dessins et de textes, de résoudre des crimes ou des vols.

Je n'avais (et n'ai toujours pas) aucun sens logique, mais je mettais du coeur à l'ouvrage, essayant coûte que coûte de ne pas avoir recours aux questions de la page suivante qui vous mettaient sur la voie. Une question d'honneur.

Alors, 15 ans après, quand ma mère a déniché "25 énigmes à l'âge d'or du cinéma" dans un magasin de bric à brac, elle n'a pas hésité et me l'a offert. Ca s'annonçait parfait : des indices à traquer et du cinéma, que rêver de mieux ?

Verdict ?

Grosse désillusion. L'auteur (ce fameux Philippe Lécuyer, présenté comme journaliste mais dont on ne trouve que très peu de traces sur Internet) se fait certes plaisir, croquant joyeusement des personnages excentriques mais... il est bien le seul à s'amuser.

C'est redondant (à chaque début d'énigme, on a sur plusieurs pages la vie du bonhomme qui va découvrir le cadavre) et puis, surtout, ce ne sont absolument pas des énigmes. Plutôt des devinettes. Aucun indice n'est caché dans le texte (en tout cas dans les cinq premières, j'ai arrêté après), et le lecteur ne peut que supposer que untel ou untel ait commis le forfait. Soupir.

Alors, ami lecteur, si tu veux cet été des énigmes sur la plage, emmène tes bons vieux D-Lire (qui est devenu, je viens de l'apprendre, J'aime lire Max !). Y'a des BD et même des blagues, en plus.

Publié dans LIVREs

Partager cet article

Repost 0

Que lire sur la plage cet été ? "Suivez mon regard", d'Anjelica Huston

Publié le par Chippily

Que lire sur la plage cet été ? "Suivez mon regard", d'Anjelica Huston

On ne dirait pas comme ça, mais si, si : l'été est arrivé. Et il est sérieusement le temps de se pencher sur quels livres (dédiés au cinéma, cela va de soi) on va coincer dans notre sac entre le maillot, la crème solaire et les lunettes de soleil. Au banc d'essai aujourd'hui : "Suivez mon regard", l'autobiographie d'Anjelica Huston.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le cinéma, pour Anjelica Huston, c'était pas gagné. La première fois que la fille du grand réalisateur John Huston joue devant les copains de ses parents (dont Peter "Lawrence d'Arabie" O'Toole), elle s'enfuit en pleurant. Et, quand elle passe pour la première fois pour un grand rôle devant la caméra, c'est un ratage complet ("Promenade avec l'amour et la mort").

Pire que Game of Thrones

L'actrice et réalisatrice, âgée de 64 ans maintenant, ne s'épargne pas dans son autobiographie, "Suivez mon regard". Dans un livre très dense (659 pages en poche quand même), elle raconte tout : ses idylles, dont celle avec Jack Nicholson ; ses échecs, ses rêves... et ses environ 28 548 rencontres.

Il y a au moins dix nouveaux noms balancés toutes les trois pages, je vous jure, à retenir, c'est pire que les personnages de Game of Thrones. 

C'est qu'Anjelica veut être exhaustive. Et qu'elle balance tout, de la couleur du papier peint à la description détaillée sur plusieurs pages d'une personne qu'on ne verra qu'une fois. C'est un peu lourd, le style n'est pas toujours là, mais, en se forçant un peu et en tenant bon, on tombe sur quelques pépites.

Des anecdotes, par exemple, sur les astuces de l'époque pour pécho Brando.

Que lire sur la plage cet été ? "Suivez mon regard", d'Anjelica Huston

Ou comment le prince Albert de Monaco a essayé, elle, de la pécho.

Que lire sur la plage cet été ? "Suivez mon regard", d'Anjelica Huston

Ou sur les manies d'Eddy Murphy, pas du tout grosse tête.

Que lire sur la plage cet été ? "Suivez mon regard", d'Anjelica Huston

Sans oublier ce petit passage avec la toute jeune Gwyneth Paltrow et l'incontournable Jack Nicholson.

Que lire sur la plage cet été ? "Suivez mon regard", d'Anjelica Huston

Car, c'est ça peut-être le plus intéressant dans l'autobiographie d'Anjelica : son regard sur les monstres sacrés que sont son père et Jack Nicholson.

Son père qui va sur un tournage comme à la guerre, qui rapporte de chaque bout du monde une pierre précieuse à sa fille, qui croit partir à la chasse alors qu'il est en train de mourir.

Une collection de cochons

Jack Nicholson qui a une collection de figurines de cochons, qui aime donner des surnoms à tous ses amis et qui ne cache même pas les produits de beauté abandonnés par ses conquêtes d'un soir dans la salle de bain qu'il partage avec Anjelica.

Et de constater tristement pour Anjelica Huston, que, si l'Histoire ne devait retenir que deux noms entre son père, son amant et elle, elle ne serait sans doute pas dans le lot...

Publié dans LIVREs

Partager cet article

Repost 0

La critique en une image : "L'erreur est humaine", Woody Allen

Publié le par Chippily



Publié dans LIVREs

Partager cet article

Repost 0

"Un chant de Noël", Charles Dickens

Publié le par Chippily

Que ce soit clair : je ne pense pas du tout aller voir « Le Drôle de Noël de Scrooge » tant l’esthétique de ce film réalisé en « performance capture » (la grande mode du moment) me fait songer à un jeu vidéo, ce que je trouve particulièrement laid pour un film de cinéma. Mais la curiosité m’a tout de même poussée à dénicher la nouvelle de Charles Dickens dont cette adaptation était tirée. Déjà, changement de titre : expulsé, le vieux Scrooge, voilà « Un chant de Noël » (avouez que c’est plus mignon) ! Et, coup de bol, on trouve ce texte libre d’accès sur Internet.

Scrooge, c’est un peu Burns dans les Simpson, sauf en moins jaune : avare comme pas deux, ronchon, méchant, il humilie le premier venu et vit seul dans sa grande maison.  Mais un soir de Noël, des fantômes viennent lui rendre une petite visite…

Malgré le style parfois éreintant de Charles Dickens (des répétitions à la pelle franchement énervantes) et l’histoire simpliste (avec bien sûr l’inévitable happy end), Dickens a su dégager avec talent l’esprit de Noël et sa magie. Alors, pour ceux qui ont encore du mal à se figurer que oui, Noël c’est DEJA dans un mois, cliquez ici pour pouvoir lire gratuitement cette nouvelle.

PS : Pour revenir sur le film, ce n’est pas la première fois qu’ « un chant de Noël » est adapté : je me souviens parfaitement avoir vu petite cette même histoire mais illustrée par les copains de Mickey, avec, dans le rôle de Scrooge, l’oncle Picsou. Ce dessin animé m’avait traumatisé. Imaginez : un fantôme qui apparaît dans une poignée de porte, quand vous avez quelque chose comme 8 ans, ça marque. Depuis, j’ai peur d’ouvrir les portes. Alors, si vous ne voulez pas que vos enfants deviennent « poignéedeportephobe », ne les emmenez pas voir une des adaptations du conte de Dickens !!!



Publié dans LIVREs

Partager cet article

Repost 0

« Tout est sous contrôle », Hugh Laurie

Publié le par Chippily

Il est grand temps de dépoussiérer cette charmante rubrique qu’est « LivreS » pour nous intéresser à un roman sorti en ce début d’année et qui a comme auteur un certain Monsieur Hugh Laurie…

Le pitch (piqué à Amazon.fr, parce que je suis incapable de le faire moi-même tellement c’est compliqué !) : « Thomas Lang est un ancien militaire d'élite qui, hormis sa Kawasaki ZZR1100, n'a pas grand chose à perdre. Aussi, lorsqu'on lui propose 100 000 dollars pour tuer Mr. Woolf, un riche homme d'affaire londonien, Thomas ne se contente pas de refuser poliment, mais pousse l'indécence jusqu'à essayer de prévenir la future victime du complot qui se trame contre lui. Une bonne intention ? L'enfer en est pavé. »

LA CRITIQUE…en une image

LA CRITIQUE…en un peu plus long

Let me introduce… Thomas Lang ! Il est misogyne, sarcastique, aime les belles motos, n’a pas vraiment d’amis… Ca ne vous rappelle personne ? Même pas un certain docteur nommé Gregory House ? Et…oh ! Quelle coïncidence ! Hugh Laurie, l’acteur jouant le fameux docteur à la canne, n’est rien d’autre que l’auteur de « Tout est sous contrôle » ! Alors, Hugh aurait-il saisi sa plume sous l’influence de la série dans laquelle il joue ? Et bien, pas vraiment, puisque la série date de 2004 et le livre…de 1996. Livre qui est sorti en version française…en 2009 (oui, je sais, ça fait beaucoup de dates à la fois…on se croirait presque au bac). L’occasion de voir pour nous autres Français si l’acteur anglais a vraiment la fibre littéraire ou s’il s’agissait juste d’une lubie passagère appelée à disparaître. 

Et on est vite fixés : si l’histoire est tortueuse et alambiquée à souhait, le style lui est vif, plein d’humour, entre cynisme et ironie légère, et quelques métaphores sont appelées à devenir cultes, comme celle comparant une goutte de sueur descendant l’échine de Lang à un alpiniste descendant une montagne en rappel.

Verdict : aucun doute, le style est là, et il marche bien, trop bien même parfois puisqu’il semble empiéter sur le récit ! On attend donc avec impatience le prochain bouquin…en espérant une histoire un poil moins embrouillée, si possible !

Un extrait ! Un extrait !

« Le seul chronomètre à ma disposition était ma vessie. Elle m’indiquait qu’environ quatre heures s’étaient écoulées depuis que j’étais sorti du restaurant. Ca ne collait pas trop avec l’après-rasage du Pomponné. D’un autre côté, les vessies qu’on trouve maintenant dans le commerce ne valent plus celles d’antan. »



Publié dans LIVREs

Partager cet article

Repost 0

LE MAGASIN DES SUICIDES

Publié le par Chippily

Enfin ! me diriez-vous (et vous avez totalement raison), enfin cette rubrique proclamée il y a plusieurs mois sort de terre ! Et oui, mes braves, la voilà, cette fameuse catégorie "LIVREs"! Pour bien la commencer, j'aurais voulu parler des vres que j'avais aimé et dont une adaptation cinématographique m'aurait amplement paru justifiée. Et j'aurais voulu commencer par un roman de Jean Teulé, "Le Magasin des suicides".

Mais voilà qu'il y a quelques jours, je me rends compte...qu'une adaptation est déjà en cours : "L'an prochain, "Le Magasin des Suicides" de Jean Teulé sera adapté en film d'animation 3D par Patrice Leconte et Arthur Qwak, le réalisateur de "Chasseur de dragons"" 20 minutes.

Ainsi, comme moi, Patrice Leconte a senti le "truc" : l'histoire d'une famille complètement normale, la famille Tuvache, dont les parents sont gérants d'un magasin offrant à des clients désespérés tout le matériel dont ils ont besoin pour se suicider, dont la soeur ne rêve plus que d'en finir et dont le frère imagine un parc d'attraction mortel, dans tous les sens du terme... Mais, seule tache dans cette famille modèle, le petit dernier, toujours joyeux et plein d'entrain, prêt à pourrir la vie de toute sa famille.

Vous l'aurez compris, ce "Magasin des suicides" est un petit bijou d'humour noir et d'absurde, cousin éloigné de la très célèbre "Famille Adams" dans lequel le spectateur ne sait pas s'il doit rire ou pleurer quand le père vante à son client les mérites d'un suicide à la "samouraï".

Très vite lu, le bouquin de Jean Teulé devra bien sûr être complété par d'autres péripéties que celles contées dans le livre pour faire un film complet, en 3D, mode oblige.

Alors, rendez-vous l'année prochaine pour donner un petit frère à la "Famille Adams" et à l'"étrange Noël de Monsieur Jack" ?



Publié dans LIVREs

Partager cet article

Repost 0

Bientôt, sur "THE CHIPPILY SHOW"...

Publié le par Chippily

C'est vrai qu'en ce moment, le blog tourne un peu au ralenti... Mais rassurez-vous, il ne s'arrête pas pour autant ! Ainsi, dans quelques jours (semaines ? mois ? années ?), une nouvelle rubrique (encore !) ouvrira ses portes. Elle sera sobrement intitulée "LIVREs" et parlera donc...de LIVREs.

A venir, donc, des articles très intéressants, comme "Comment échanger mes LIVRES sterling contre des euros ?", ou bien "Un LIVRE de patates, ça fait combien de kilos ?" ou encore "Le LIVRE de Jean est-il avant ou après celui de Paul ?"

Bref, on va s'éclater : il y aura des livres liés au cinéma...ou pas, et des articles sérieux...ou pas. En résumé, pour découvrir ces nouveaux articles, restez à la page (ah ah ! jeu de mots avec...bon, ok, je sors).



Publié dans LIVREs

Partager cet article

Repost 0