Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Petits commentaires sur la sélection 2011 des "César"

Publié le par Chippily

césar2011 0000

La sélection des César vient de tomber. L'occasion de pronostiquer et de revenir sur 3 films qui ont marqué cette année et que je n'ai pas eu le temps/l'envie d'analyser dans ces pages.

PRONOSTICS

Difficile d'imaginer que "Des hommes et des dieux" puisse repartir les mains vides : avec 11 nominations Beauvois est logiquement le grand favori de la compétition. Mais attention au "Mammuth" de Delepine et Kervern, à la "Tournée" d'Amalric et au "Ghost Writer" de Polanski, en parfaits outsiders. Côté film étranger, on voit bien le "Social Network" de Fincher, plébiscité par le public et la presse, remporter le prix (en espérant que les votes n'aillent pas au neu-neu "Bright Star", acclamé (étrangement) par la critique).

GAINSBOURG (VIE HEROÏQUE)

Heureux, le Joann Sfar ! Dès son 1er film, il se voit être nominé pas moins de 8 fois aux César, qui donnent la part belle à ses comédiens : meilleur acteur pour Elmosnino, meilleur second rôle féminin pour Casta... Preuve que le jeune réalisateur, non content d'avoir réussi à réunir un cast d'enfer, a su l'exploiter à merveille, tout en créant un univers tout à fait personnel. On pourra néanmoins regretter le côté fourre-tout de l'affaire, Sfar voulant à tout prix parler de toute la vie de Gainsbourg et ne faisant alors qu'effleurer des périodes intéressantes . Restent tout de même de bonnes idées (le Double, mais qui aurait gagné à être plus exploité) et les chansons du grand Serge.

TOUT CE QUI BRILLE

"Tout ce qui brille", ou pourquoi tous les chauffeurs de taxi maintenant détestent la chanson "Jobi Joba" 

Nominée 3 fois aux César (meilleur espoir féminin (Lamy et Bekhti), meilleur premier film), l'histoire de ces deux amies voulant à tout prix intégrer la Haute parisienne a séduit le public : 1 371 908 spectateurs se sont en effet pressés en salle pour aller voir "Tout ce qui brille". Alors, nominé, admiré, serait-ce le film qui signifierait le renouveau du cinéma français ? Hélas... Le film représente tout ce qui fait la faiblesse du cinéma français actuel : mise en scène simplette, photo négligée, thème mille fois exploité... Heureusement, l'humour et l'énergie des comédiennes principales fait passer la pilule, et permet de passer un moment sympathique, mais pas mémorable.

LES PETITS MOUCHOIRS

Gros succès de l'année 2010 (5 214 374 spectateurs !!!), le dernier film de Guillaume Canet, suivant les vacances d'une bande d'amis ayant décidé de partir malgré un événement tragique, ne se retrouve qu'avec 2 petites nominations (meilleur second rôle féminin (Bonneton), meilleur second rôle masculin (Lellouche)). C'est vrai que ces "petits mouchoirs" ne resteront pas dans les annales du cinéma : beaucoup trop long, ressemblant plus à un petit film de vacances perso qu'à une véritable oeuvre d'art, ratant son évolution psychologique, et prenant au piège du pathos le spectateur dans les dernières minutes, le film semble même se faire prendre à son propre piège : voulant souligner la futilité de ses héros par une fin moralisatrice, il se tire lui-même une balle dans le pied en soulignant la futilité de son contenu, Guillaume Canet ne semblant jamais prendre de la distance par rapport à ses personnages, ne portant aucun regard critique sur eux durant la majorité du film. Ne reste alors que le simple plaisir de partager des vacances avec ses acteurs fétiches.

Les autres films vus, critiqués cette année et nominés aux César : Inception, Bright Star (meilleur film étranger), L'Illusionniste (meilleur film d'animation), L'arnacoeur (meilleur film, meilleur acteur, meilleur second rôle féminin (Julie Ferrier), meilleur second rôle masculin (F. Damiens), meilleur premier film), L'arbre (meilleure actrice, meilleure adaptation, meilleure musique).



Publié dans buZZ

Partager cet article

Repost 0

Bright Star : en (fausse) interview avec Jane Campion

Publié le par Chippily

Bright-Star-02000.png

"Bright Star"

Bright-Star-Jane-Campion000.png

réalisé par Jane Campion

Chippily : Alors, Jane, parlez nous de votre film "Bright Star"...

Jane Campion : Oui, en fait, je souhaitais réaliser un film sur la love story entre John Keats, un poète romantique anglais qui a vraiment existé, et sa voisine, la jeune Fanny Brawne. Alors, bien sûr, j'ai d'abord fait des recherches sur le mouvement romantique un peu partout : Wikipédia, "Le romantisme pour les nuls"... ça m'a bien aidé, il faut le dire !

Oui, ça se voit... Quelle a été votre méthode de travail pour ce film ?

Très simple : j'ai fait une liste avec tous les clichés romantiques, et j'ai coché à chaque fois que je mettais l'élément dans le film,  un peu comme ça :

Oh, et j'ai commencé aussi par un morceau au violon !

En effet, très original... Mais, la scène où on voit Fanny faire de la broderie en gros plans, c'était pour faire romantique aussi ? Parce que ça m'a fait un peu penser à "Sybille II", ce film où un homme se filme en train de percer ses boutons en gros plans...

Ah non, non, c'était romantique ! J'ai même fait en sorte que l'image soit un peu floue par endroits pour que l'on comprenne !! Vous n'avez pas vu ?

Ah, peut-être, je sais plus... Mais franchement, Jane : qu'avez-vous pensé apporter au drame romantique avec "Bright Star" ?

Apporté ? Vous voulez dire, de nouveau ? Ah, rien du tout ! Voyons, pour qui vous me prenez ? (rires) Il ne faut surtout pas d'originalité !!! Ou très peu ! Vous savez, le public de drames romantiques ne veut surtout pas avoir de la nouveauté ! Il lui faut des clichés, et c'est exactement ce que je lui ai donné ! Ca aurait été une énorme erreur de ma part d'apporter un renouveau...

Je vois... Et c'est assez lent aussi...

Ah oui, ça aussi c'était dans ma liste ! C'est un drame, voyons ! Et puis, ça plait bien généralement au jury des Oscars et du festival de Cannes, aussi. Mais, tiens, c'est bizarre... Je ne crois pas qu'ils ont récompensé mon film...

Oui, bizarre en effet. En tout cas, bravo d'avoir choisi Paul Schneider ! Je l'ai trouvé épatant en Charles Brown ! C'est d'ailleurs la seule chose que j'ai aimé dans votre film.

Oh, merci beaucoup !! C'est vrai qu'il est... attendez voir... Comment ça c'est la seule chose que vous avez aimé dans mon film ???

Oups, je suis désolée Jane, mais on n'a plus le temps. En revoir !



Publié dans N'ImpS !!!

Partager cet article

Repost 0

Les Superhéros sont de retour !

Publié le par Chippily

L'année 2011 sera Superhéroïque ou ne le sera pas ! Dans la peau des divers justiciers masqués : Seth Rogen ("The Green Hornet"), Ryan Reynolds ("Green Lantern", sortie le 03/08), Chris Hemsworth ("Thor", sortie le 27/04) mais aussi Chris Evans ("Captain America : the first Avenger", sortie le 17/08, photo de droite), avec son fier casque à ailes (waouh) et son habit digne d'un parachutiste patrotique (il semble carrément enveloppé dans le drapeau américain) . C'est sûr que si vous voulez de la tenue plus sexy, il faut se tourner vers le reboot de Spiderman , avec Andrew Garfield, vu entre autres dans "Boy A" et "The Social Network", dans la peau de l'homme-araignée. Mais pour voir celui-ci en action, il faudra être patient : le film n'est prévu que pour juillet 2012 (ah là là, faut toujours qu'il y ait des retardataires !)



Publié dans buZZ

Partager cet article

Repost 0

Un film culte vu par une inculte : Le bon, la brute et le truand

Publié le par Chippily

bon-brute-truand-1968-624509000.png

Pitcho, mon pitch : 1 trésor (des pièces d'or, bien sûr), 3 bandits prêts à tout (Blondin le Bon, Sentenza la Brute et Tuco le Truand) , et 2 noms de légende derrière les manettes (Sergio Leone pour la réalisation et Ennio Morricone pour la musique).

Vous avez sans doute remarqué que par ici, ça cause pas souvent western. Pas du tout, même. Faut dire que ce genre a tendance à me passer largement au-dessus de la tête avec ses histoires ultra convenues (la quête d'un magot, une vengeance, des batailles contre les indiens...(rayer la mention inutile)) et ses personnages plus que stéréotypés. Mais ça, c'était avant de voir "Le
bon, la brute, et le truand".

bon-brute-et-truand-lee000.png

Argh, sacrilège ! Lee Van Cleef a osé copier le look d'un des personnages de Lucky Luke pour son rôle !!!

Car Sergio Leone réussit là où tant d'autres ont échoué. Tout d'abord, par la création d'un style unique, le sien, rentré depuis dans l'Histoire du cinéma : plans d'une lenteur extrême, mentions écrites, esthétique du visage (souvent buriné par le soleil, et contrastant ainsi avec la clarté des yeux, occupé par des mouches, et filmé en gros plan), importance du silence (il faut tout de même attendre la 10ème minute du film pour avoir la 1ère ligne de texte !!)... D'un coup, le western, genre usé jusqu'à la corde, devient quelque chose de tout à fait personnel, Leone mixant sa vision des choses aux codes du genre (le côté enfantin du western, avec la récurrence dans ce genre de l'étranger annonçant sans détour où se trouve la cachette d'un trésor (ils en ont du bol, ces personnages de western...)), tout en remettant en question de façon humoristique ces stéréotypes du genre, notamment lors de la fameuse scène du bain : le truand Tuco est tranquillement en train de se laver quand un cow-boy, intéressé par la prime offerte à quiconque livrera aux autorités le brigand, arrive, fier de lui, le pistolet à la main. Alors que celui-ci commence à exprimer sa joie dans une vraie logorrhée , Tuco l'interrompt prestamment d'un coup de feu, avant de lancer à son cadavre : "Quand on tire, on raconte pas sa vie !" (N.B : il est déconseillé d'utiliser cette phrase, aussi brillante soit-elle, comme message perso sur MSN. Sortie de son contexte, elle peut paraître bizarre et annoncer quelques étranges sous-entendus. Je le sais, j'ai testé).

...et Ennio Morricone a osé voler la musique de la pub de GDF-Suez !!! Mais où va le monde ??

Les personnages, dépeints dans toute leur ambiguïté, s'émancipent aussi des carcans du genre : Tuco (Eli Wallach) est annoncé comme le méchant, alors qu'il devient sûrement le personnage le plus sympathique aux yeux des spectateurs (plein d'une "tendresse et d'une humanité blessée", dira Leone en le qualifiant), Blondin (Clint Eastwood) est "Le Bon" alors que la bonté de ses actions laisse à désirer... D'ailleurs leur duo, au fonctionnement propre des tandems de comédie (deux personnes que tout oppose (physique, morale...) obligées de poursuivre la route ensemble), entre amour et haine, est aussi un des rouages clefs de la réussite de ce film. Gravite autour de ce duo le terrible Sentenza à la froide cruauté, qu'on aimerait voir plus souvent dans ce film, le personnage que dépeint Lee Van Cleef étant tout à fait intéressant, et figurant sans doute en bonne place dans la liste des meilleurs méchants du cinéma.

Au final, "Le bon, la brute et le truand" a beau partir d'une trame basique, elle est dynamitée avec brio par Sergio Leone, qui remanie le genre du western en brossant (avec l'aide de ses scénaristes) des personnages complexes et donc marquants, chacun ayant sa propre musique de Morricone. Bien sûr, tout n'est pas parfait dans cette oeuvre : par exemple, la séquence de la rencontre des soldats devant le pont, trop naïve, semble droit sortie d'un livre tel "Martine va à la guerre" (d'ailleurs cette séquence a été raccourcie dans la version française). Mais il est trop dur de bouder son plaisir devant un tel chef d'oeuvre du cinéma. A voir, revoir, et re-re-revoir.

L'anecdote gore : vous avez réussi à lire tout ça ?! Waouh, félicitations ! (ou alors vous avez vu le mot "gore" et vous êtes venus directement à ce paragraphe... dans ce cas là, je vous ordonne de commencer la lecture depuis le début, espèce de fainéants !) Ca mérite bien une petite récompense. Ce sera en l'occurence une petite anecdote, glanée sur Wikipédia : Leone ne trouvait pas de "faux" bon squelette pour la scène finale, et les services médicaux ne pouvaient lui en procurer un vrai. Il s'adressa donc à une femme louant le squelette de sa mère, actrice de son vivant, qui désirait "continuer sa carrière même après sa mort"... La petite histoire ne précise pas si le nom de la mère est inscrit ou non au générique...



Publié dans CULTE

Partager cet article

Repost 0

Premières images de "La Conquête"

Publié le par Chippily

Vous le reconnaissez ?

la-conquete-2011-21209-186343992.jpg

Là, entouré de ses ministres ?

La-conquete-Durringer.jpg

Et là, avec sa femme ? (M'enfin, son ex-femme)

Mais oui, c'est lui, Nicolas Sarkozy ! Enfin, euh, non, Denis Podalydès jouant le rôle de Nicolas Sarkozy, pour être plus exact (perso, j'l'avais pas reconnu !). Ca s'appelle "La Conquête", c'est réalisé par Xavier Durringer, ça retrace l'ascension de Nicolas Sarkozy,  ça compte à son générique entre autres Saïda Jawad en Rachida Dati et Bernard Le Coq en Jacques Chirac, et normalement ça sort le 11 mai 2011. On attend avec impatience les premières vidéos pour voir à quoi s'attendre !



Publié dans buZZ

Partager cet article

Repost 0

T-Bag is back !

Publié le par Chippily

Je me demande parfois à quoi ça sert de s'inscrire à une newsletter consacrée à un acteur spécifique sur Allociné... Exemple : j'ai appris il y a environ 2 semaines, au hasard d'une navigation sur Allociné, que la rumeur disant que Robert Knepper (excellent acteur dont je suis les péripéties entre autres par le biais de cette fameuse newsletter) reprendrait son rôle de T-Bag, dans lequel il excellait dans "Prison Break", le temps d'un épisode dans la future série carcérale "Breakout King", était fondée. Info qui date de... début novembre. Et dont on n'a pas jugé bon de me transmettre via la newsletter. Bon. Je l'ai appris, c'est ce qui compte. Et comme dirait l'autre, mieux vaut tard que jamais...

L'année 2011 va d'ailleurs être chargée pour l'acteur : en France, on le verra dès mercredi prochain en Samuel dans la saison 4 d' "Heroes" (critique ici) qui va passer sur Syfy, quand aux Etats-Unis les Américains ont pu le voir dans deuxième saison de "Stargate Universe", dans la peau d'un psychopathe déséquilibré dans un épisode d'"Esprits criminels", et le verront prochainement dans deux épisodes de "Shameless", où il harcèlera William H. Macy.

De quoi patienter en attendant le grand rôle qu'il mérite sur grand écran ! (oui, oui, j'attends toujours)



Publié dans buZZ

Partager cet article

Repost 0

L'Homeromètre de l'année 2011

Publié le par Chippily

Tout sur les buzz de l'année 2011, avec l'aide de l'être jaune le plus célèbre de la petite lucarne !

Image malencontreusement supprimée par Overblog (ah bah bravo !)



Publié dans buZZ

Partager cet article

Repost 0

Bonne année 2011 !!!

Publié le par Chippily

...et meilleurs voeux à vous tous ! Prospérité, santé...et une bonne année ciné !
Perso, au 1er janvier, je n'ai ni reçu ni argent, ni réussite...mais 54 commentaires-spams que j'ai supprimé un par un avec délectation (niark, niark, quelle sadique !).

Je sais que ces derniers temps, ça n'a pas été la folie sur ce blog (seulement 6 articles publiés en décembre, argh !), mais j'espère qu'avec la nouvelle année tout ceci va changer (en langage décodé : Messieurs les Professeurs, si vous
lisez ce blog, je vous en prie, moins de boulot, s'il vous plaît !).

En vous souhaitant alors 365 jours remplis d'allégresse, de bonheur, d'amour... et de bons films bien sûr ;-)



Partager cet article

Repost 0