La science-fiction de l’été : X-Men, days of future past

Publié le par Chippily

X-Men-Days-of-Future-Past-Photos-4-1024x677.jpg

Pitcho, mon pitch : dans le futur, il ferait sombre. Des sortes d’épilateurs géants volants largueraient des robots implacables, créés pour tués. Et les mutants, les X-Men, seraient menacés. Alors, le professeur X et Magneto décident ensemble de retourner dans le passé, supprimer l’événement qui a tout changé.

Enfin ! Enfin un blockbuster qui se fait plaisir ! Qui s’éclate au niveau des images (cf. la scène de la prison, superbe), qui s’éclate au niveau des séquences (cf. celle de la cuisine, drolatique), qui s’éclate au niveau du casting (mais c’est Peter Dinklage ! Omar Sy !!) et qui s’éclate à créer une ambiance (cf. l’introduction et son univers apocalyptique).

Que demander de plus ? Ah si : une remise à zéro du troisième opus (mal digéré par les spectateurs et les producteurs), un vrai fond (avec les thèmes de l’acceptation de l’Autre, de son intégration)… et un Hugh Jackman qui a mis au placard sa jaquette des Misérables pour ressortir les griffes. C’est quand qu’on retourne au ciné le voir ?

P.S : aaaah, c’est en forme de cercueil, et pas d’épilateur !

Commenter cet article