Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

91 articles avec n'imps !!!

Japon. Mais quels acteurs ces figurines représentent-elles ?

Publié le par Chippily

Pendant mon voyage au Japon, je me suis amusée à prendre en photo les figurines les plus...euh...pas terribles d'acteurs et à en faire un top 3. Saurez-vous retrouver qui elles représentent ?

J'attends vos propositions ;)

Figurine n°1

Figurine n°1

Figurine n°2

Figurine n°2

Figurine n°3

Figurine n°3

Les réponses : la figurine n°1 est Bruce Willis dans "Pulp Fiction". La n°2 est Michael C. Hall dans "Dexter". La n°3 est George Clooney dans "A la poursuite de demain".

Publié dans N'ImpS !!!, buZZ

Partager cet article

Repost 0

Qu'est-ce que "Les sept mercenaires" a piqué aux autres ?

Publié le par Chippily

Qu'est-ce que "Les sept mercenaires" a piqué aux autres ?

Voir le nouveau "Les sept mercenaires", c'est faire un décompte. Un décompte de toutes les choses qu'on a déjà vu dans d'autres films et qui se retrouvent là. Et à la fin... ça fait pas mal ! Alors, d'après moi, "Les sept mercenaires" ont volé...

Le visage de Jennifer Lawrence

A gauche, Haley Bennett dans "Les sept mercenaires". A droite, Jennifer Lawrence dans "Hunger games".

A gauche, Haley Bennett dans "Les sept mercenaires". A droite, Jennifer Lawrence dans "Hunger games".

J-Law était occupée (ou avait senti le désastre à venir) ? Pas grave, on prend un de ses clones de visage. La petite Haley Bennett par exemple. D'ailleurs, Jennifer Lawrence ne devait pas être disponible non plus pour l'adaptation ciné de "La fille du train", car devinez qui on retrouve au casting, hum ?

Une scène de "Django Unchained"

Qu'est-ce que "Les sept mercenaires" a piqué aux autres ?

Vous vous rappelez la séquence dans "Django unchained" (Quentin Tarantino) où King Schultz, après avoir fait sa petite affaire dans un saloon, sort et explique à tout le monde qu'il est mandaté pour attraper les voyous ?

Remplacez Christoph Waltz par Denzel Washington et vous aurez une des premières scènes des "Sept mercenaires".

Hodor à Game of Thrones

Hodor est à droite.

Hodor est à droite.

Comment ça, c'est Vincent d'Onofrio ???

Tout à Sergio Leone

Qu'est-ce que "Les sept mercenaires" a piqué aux autres ?

Inévitable de penser au maître du western spaghetti en regardant tout film où il y a des canassons avec des Messieurs à chapeaux dessus. Ça ne ratera pas avec "Les sept mercenaires". Tout y est : la musique, les plans...

Et puis, il essayerait pas de pomper Clint Eastwood, Chris Pratt, avec ses mimiques ??

La tendance "je mange un organe d'animal mort cru" de Danse avec les loups

Qu'est-ce que "Les sept mercenaires" a piqué aux autres ?

La scène : après une séance de chasse intensive aux bisons, les indiens offrent à John Dunbar un foie de cet animal, qu'il doit manger.

Ce que les producteurs de "Les sept mercenaires" ont retenu : LES INDIENS MANGENT DES ORGANES CRUS ! D'où une scène un poil bizarre dans le film.

Publié dans N'ImpS !!!, CiNéMa

Partager cet article

Repost 0

Trois raisons de voir Le Crabe-Tambour

Publié le par Chippily

En route pour les eaux glaciales du Canada, trois hommes se souviennent d'un quatrième, qu'ils surnommaient le Crabe-Tambour. Ou Jean Rochefort AVANT...

En route pour les eaux glaciales du Canada, trois hommes se souviennent d'un quatrième, qu'ils surnommaient le Crabe-Tambour. Ou Jean Rochefort AVANT...

1. Pour briller en société. L'histoire se passe sur le navire Le Jauréguiberry. Et c'est toujours classe de sortir "Jauréguiberry" d'une traite, en parlant du film, à table, entre le repas et le dessert. Mon astuce mnémotechnique pour retenir ce nom : penser à la phrase "J'aurais Gui Berry !" (Gui Berry étant, comme tout le monde le sait, le père du célèbre Ri Berry).

2. Parce qu'avant de faire n'importe quoi, Jean Rochefort était un acteur sérieux. Et même qu'avec son rôle de commandant sec et froid dans "Le Crabe-Tambour", il a remporté le César. C'était en 1978.

Sa réplique phare dans le film : "Pas de sermons, docteur ! Pas de sermons !"

Sa réplique phare aujourd'hui : "C'est un piaf bien pépère qui chille sur un arbre chéper et s'envoie un petit Babybel des familles."

...et Jean Rochefort APRES.

...et Jean Rochefort APRES.

3. Parce que les chats noirs ont aussi leur mot à dire. Stuper à Minouland ! Le 20 mai, Slate dégainait son article, véritable pavé dans la mare : "Pourquoi le cinéma hollywoodien caste-t-il toujours le même chat ?" accompagné de photos de matous...roux. Bon, l'article ne répond pas vraiment à la question, hein, même si à un moment on ose un : "Les chats roux passent bien à l'écran."

Et là, lever de boucliers, miaulements furieux des chats d'autres couleurs criant au racisme, blocage des usines de croquettes pour protester... Cloturons tout de suite cette polémique : non, il n'y a pas que les chats roux qui sont cinégénique. La preuve, dans "Le Crabe-Tambour", on adopterait bien le chat noir du héros, nommé Monsieur ma conscience.

Trois raisons de voir Le Crabe-Tambour

LA VRAIE CRITIQUE DU FILM

Le Jauréguiberry plonge. Doucement, le navire s'enfonce dans les flots, tel un sous-marin rejoignant le fond de l'océan. Et soudain, il se redresse, dans un éclat de vagues et d'embruns.

S'il y a bien une chose qui est réussie dans "Le Crabe-Tambour", c'est ça : ces prises de vue impressionnantes d'un bateau malmené par les flots et chopées par Raoul Coutard, le célèbre chef-opérateur. Qui organisera d'ailleurs une séance spéciale avec uniquement ces rushes devant des marins ébahis.

La peine des hommes

Il y aura aussi cette véritable séquence de pêche au large de Saint-Pierre-Miquelon, comme un petit bout de documentaire qui s'est fait une place dans un autre film. En l'envoyant rejoindre ces travailleurs par zodiac, le réalisateur Pierre Schoendoerffer aurait dit à son opérateur Dominique Merlin : "Ramène-moi la peine des hommes !"

Tout suinte le réel dans "Le Crabe-Tambour". Cette manière sèche de parler quand on dirige un navire ("Je prends !"). Jean Rochefort qui se balade en tenue de commandant. Ces moments d'attente dans le ventre du navire. Les valeurs défendues par les officiers (honneur, donner sa parole...) Il faut dire que tout a été validé par la Marine et que les acteurs ont tourné en mer, avec les membres du vrai équipage.

Le problème, c'est la fiction

Non, le problème, dans ce film, c'est la fiction. Jean Rochefort, Claude Rich et un Breton alcoolo échangent sur un individu qu'ils ont bien connu, le Crabe-Tambour. Au moyen de flash-backs, dans un récit dense, ils recousent leurs souvenirs sur un homme qu'ils semblent tous porter en estime. Pour quelle raison ? On ne sait pas trop. Et c'est bien ça le problème.

Tout est axé sur le Crabe-Tambour, qui, malgré son charisme et son chat noir, manque de grandeur. Et pourtant, pour qu'un commandant tel Jean Rochefort soit autant en admiration devant lui, c'est qu'il en avait, le bonhomme ! 

Miné par ses longues séances de parlotte, une intrigue parfois complexe pour celui qui ne connait pas bien l'histoire de France, et manquant de lyrisme, le "Crabe-Tambour" sombre. Car Schoendorffer, trop collé à la réalité, a oublié de donner une envergure romanesque à son récit.

Mais, comme Le Jauréguiberry, soudain, à travers quelques séquences (celles documentaires, mais aussi du procès, par exemple), le film remonte miraculeusement au-dessus des flots. Et, à ce moment là, semble insubmersible.

Publié dans CiNéMa, N'ImpS !!!

Partager cet article

Repost 0

Le manoir magique : Sarkozy contre Tonnerre le chaton

Publié le par Chippily

Le manoir magique : Sarkozy contre Tonnerre le chaton

A première vue, "Le manoir magique" a tout l'air d'un film d'animation banal et inoffensif : l'histoire d'un petit chat, Tonnerre, qui cherche à sauver le manoir d'un magicien habité par des animaux et des jouets magiques... sur lequel veut faire main basse l'infâme neveu, agent immobilier.

Le film, adapté d'un court-métrage 4D d'un parc d'attraction belge, se veut être un (très édulcoré) parcours de maison hantée : on voit parfois la scène à travers les yeux du chat, des objets jaillissent à l'écran, il y a des péripéties en tout genre... 

Comme ça, ça a l'air gentillet, mignon comme tout, parfait pour une soirée en famille devant le feu qui grésille... Sauf que. Sauf que "Le manoir magique" n'est pas un simple film d'animation car :

HYPOTHESE N°1 : C'est un film d'anticipation politique

En cause ? Le méchant du film :

Le manoir magique : Sarkozy contre Tonnerre le chaton

Un brushing impeccable, un costume cravate, un air à tout le temps manigancer quelque chose... Mais oui ! C'est Nicolas Sarkozy, l'ancien président de la République française !!

Le manoir magique : Sarkozy contre Tonnerre le chaton

Et là, ça change tout.

On reprend le film depuis le début : c'est l'histoire de Nicolas Sarkozy qui vient de perdre les élections présidentielles ("Le manoir magique" est sorti en 2013). Alors, comme il faut bien se réorienter, parce qu'il ne va quand même pas rester en politique avec toutes les casseroles qu'il se traine (hum hum), il réfléchit à un nouveau métier.

Il se dit que, quand même, il a réussi à faire croire aux autres dirigeants européens que la France était un grand Etat, fort, puissant. Oui, il pourrait faire gober n'importe quoi aux gens, hahaha. Et faire vendre n'importe quoi. Allez ! Il deviendra agent immobilier.

Ca tombe bien, son oncle, le magicien Lorenz (inspiré par Pierre Richard !!) a une chouette baraque : un immense manoir... mais où vivent de pauvres animaux vieux ou abandonnés et des jouets tout mignons. Mais vu que Nicolas est une caricature de la droite dure, tout ce qui l'intéresse, c'est le pognon, et il va tout faire pour se débarrasser de ces occupants.

Ca tombe bien, il a encore des amis riches et bling-bling qui pourraient être intéressés par l'affaire.

Le manoir magique : Sarkozy contre Tonnerre le chaton

Je ne vous dévoilerai pas la fin mais vous laisse deviner si la reconversion de Nicolas était gagnante ou non.

HYPOTHESE N°2 : C'est le récit de la défaite de Nicolas Sarkozy en 2012

Un récit tout en métaphores bien sûr. Où le méchant essaye de piquer la place d'un homme qui a le contrôle d'un manoir. C'est marrant, justement le surnom de l'Elysée, c'est le Château...

Reste plus qu'à deviner qui sont les animaux qui lui résistent et l'empêchent de s'approprier les lieux : les Français ? Ses adversaires politiques ?

Maintenant qu'on en parle, le vieux lapin grincheux, ça pourrait être... 

Le manoir magique : Sarkozy contre Tonnerre le chaton

Non, non, je vous laisse imaginer. Et quant au couple d'oiseaux qui fait caca partout, je ne veux même pas me demander qui ça pourrait être...

Ce mercredi 4 mai, à 20 h 55, sur France 4.

Publié dans CiNéMa, N'ImpS !!!

Partager cet article

Repost 0

"Vous êtes venus pour Le Pont des espions ? C'est par ici la visite !"

Publié le par Chippily

Voilà ce que j'ai ressenti en allant voir le dernier Spielberg...

Voilà ce que j'ai ressenti en allant voir le dernier Spielberg...

Le parquet grince un peu sous les pieds. Dans la lumière du jour, il y a des petites particules de poussière qui tombent doucement. "C'est là !", lance le guide en pointant du doigt une oeuvre.

On se rassemble devant dans le silence - enfin, on essaye, le sol du musée craque vraiment très fort. Les petits devant, les grands derrière, et tous avec les yeux écarquillés, dans un moment de contemplation béate.

Le guide se racle la gorge. Puis, esquisse un grand sourire, et, parcourant des yeux le groupe : "Alors, qu'est-ce que vous en pensez ?" Silence. Une dame avec des lunettes de soleil de soleil sur la tête et une caméra à la main se lance. "C'est très beau." Approbation de la foule. Ca lui donne du courage, elle continue. "Cette lumière... Ces contrastes... C'est très travaillé. Non, vraiment, c'est très beau."

Un Monsieur avec un bob sur la tête : "Il y a beaucoup de mouvements de caméra, non ? De travellings ?" "Exactement !" répond le guide, tandis que le Monsieur jubile et coule un regard satisfait vers sa femme. "Regardez moi ce travelling tout en douceur, cette caméra, tout en mouvements amples, qui se rapproche de l'acteur... Sans compter sur cette ouverture au noir sur Tom Hanks en plan serré ! Non, Madame, pas de photos, voyons, le flash risquerait d'abimer l'oeuvre. Vraiment, on n'en fait plus, de cinéma pareil."

Le groupe approuve : ah bah oui, ça, c'est bien vrai ! Que des trucs de super-héros et de machins en images de synthèse qu'ils nous sortent de nos jours, au cinéma ! "Et l'histoire ? demande un Monsieur. L'histoire de ce... (il plisse les sourcils pour déchiffrer l'écriture sur le petit bloc doré posé à côté de l'oeuvre) Pont des espions ?"

"Vous êtes venus pour Le Pont des espions ? C'est par ici la visite !"

"Là aussi, une histoire comme on n'en fait plus ! lance le guide en faisant de grands gestes. C'est un avocat américain très intelligent, Tom Hanks, qui, en pleine Guerre froide, est choisi pour défendre un homme indéfendable : un espion russe infiltré aux Etats-Unis. Mais, j'y pense : quelqu'un est-il déjà venu et l'a déjà vu ?"

Une vieille dame lève un doigt hésitant. "Comment l'aviez-vous trouvé ?" "Euh... Très bien." "L'histoire vous avait plu ?" "Ah, oui oui." "Qu'est-ce que vous avez bien aimé ?" "Euh... Le côté historique. Avec ces gentils Américains qui défendent la paix et ces Russes...pardon, ces Soviétiques horribles, qui torturaient les gens." Un Monsieur maugrée. "Sale époque." On hoche vigoureusement de la tête à côté de lui.

Le guide lève les yeux vers l'assistance. "J'ai parlé de la technique, mais c'est vrai que l'histoire est tout aussi remarquable : cette envie de traiter avec objectivité - je vous rappelle que c'est d'après une histoire vraie - la grande Histoire, cette limpidité... Et puis, la droiture de ce personnage... Ce n'est pas comme aujourd'hui où les héros doivent toujours être "torturés" et où il faut un bac + 18 pour comprendre un film !" Petit rire de l'assistance. 

"Vous êtes venus pour Le Pont des espions ? C'est par ici la visite !"

Le guide regarde sa montre. "Oh, je vois qu'il faut qu'on avance. Nous n'aurons pas le temps aujourd'hui, mais si vous avez aimé "Le Pont des espions", je vous invite la prochaine fois à étudier cette oeuvre qui est en face, "Lincoln". C'est par le même artiste et c'est de la même qualité. Maintenant, je vous propose de passer à la salle suivante."

Le groupe se met en branle doucement. Une main agrippe la manche du guide. C'est la vieille dame. "Excusez-moi, mais je n'arrive pas bien à lire, c'est écrit en tout petit. Quand Le Pont des espions est-il sorti ?" Le guide se penche vers le petit écriteau doré. Il a un petit mouvement de surprise. Silence. "C'est sorti il y a une semaine", il murmure.

La dame le remercie et s'en va. Le guide reste quelques secondes interdit, puis secoue la tête et rejoint à grands pas son groupe. Une dame s'attarde dans la salle, l'air perplexe, devant un buste en marbre où il est écrit "Steven Spielberg". "Excusez-moi, fait-elle au guide. Mais... Il est mort ?" "Non non, bien sûr que non", fait le guide dans un petit rire, qui se finit en quinte de toux. "Excusez-moi, c'est un peu poussiéreux ici."

Et ils partent de la salle, le guide fermant précautionneusement derrière lui la porte où est accroché un grand panneau : "Art académique".

Publié dans N'ImpS !!!

Partager cet article

Repost 0

Les Oscars, une affaire de slips ? (et autres questions à se poser après ce week-end)

Publié le par Chippily

neil-patrick-harris-slip-scene-oscars-2015-720x404.jpg

Neil Patrick Harris qui vient présenter les Oscars en slip...

Ne me dîtes pas qu'il n'y a pas du lobby derrière tout ça !!

Après un week-end de César et d'Oscars, l'heure est aux questions. Et j'en ai quelques unes en stock.

- Et s'il suffisait de brandir un sous-vêtement pour gagner une statuette dorée ? C'est une bien troublante coïncidence qui a eu lieu, dimanche soir, aux Oscars. En effet, l'Oscar du meilleur film et l'Oscar du meilleur film d'animation ont été décernés à "Birdman" et "Les Nouveaux héros", deux longs-métrages où figurent une scène dite de "la fête du slip" (une sortie à moitié nue dans la ville vs un caméo de Stan Lee...culotté). Le lobby du sous-vêtement serait-il derrière tout ça ? Le Gorafi a ouvert une enquête.

Marilou-Berry-slip.jpg

En France aussi ?? (Jean-Paul Gauthier et Marilou Berry aux César)

- Est-ce qu'une Marion Cotillard version César 2015, c'est pratique pour faire du sport ?

Marion-Cotillard-cesar.jpg

Assurément !

- Est-ce que Sean Penn, César d'honneur cette année, a tenu le coup pendant la cérémonie ?

Sean-Penn.jpg

Pas vraiment.

- La cérémonie des César était-elle vraiment si longue que ça ?

Tweets-cesars.jpg

Pas du tout.

- Est-ce vraiment Edouard Baer sur cette photo ?

Edouard-Baer-vraiment.jpg

Non.

- Est-ce que John Travolta est glauque ?

travoltakiss3A.jpg

Peut-être (voir quelques détournements ici).

- Est-ce qu'il y a une recette pour gagner un Oscar ?

D'après le site College Humour, oui.

oo

Publié dans N'ImpS !!!

Partager cet article

Repost 0

La vidéo triste de Noël

Publié le par Chippily

Mois "Gla Gla cinéma"

Y'en a marre. Chaque année, je mets une vidéo joyeuse pour Noël (souvent "Christmas is all around" de Love Actually d'ailleurs) qui vous met direct de bonne humeur, qui vous donne envie de chanter... Mais y'en a marre, marre, marre !

Allez, cette année, pour changer, je mets une vidéo toute triste comme, comme... Bah comme cet extrait tiré du film de Werner Herzog "Rencontres au bout du monde" où un pingouin quitte le groupe pour aller vers une mort certaine, par exemple !

...

...

Quelqu'un aurait une corde ?

Publié dans N'ImpS !!!

Partager cet article

Repost 0

C'était le soir d'Halloween...

Publié le par Chippily

C'était le soir d'Halloween et on avait envie de se faire peur. Vraiment peur.

Alors, dans la nuit sombre éclairée par les gueules béantes des citrouilles, on a décidé d'aller le voir. Bien sûr, nos amis nous avaient dit que c'était de la folie, qu'on ne savait pas où on mettait les pieds. "C'est vous qui marchez sur la tête !", s'était exclamée une de nos connaissances quand on avait cité SON nom.

Mais on avait envie de se faire peur. Vraiment.

Alors on y est allé. Devant le bâtiment, on a eu comme un frisson. Mais on a continué. Devant la salle, on a eu comme envie de faire marche arrière. Mais on a continué. Et on est entrés dans la pièce plongée dans l'obscurité.

Plus possible de faire demi-tour maintenant. On s'est assis. Et on a attendu que ça se produise.

Un visage fantomatique a soudain surgi de la nuit.

on-a-marche-sur-bangkok-53b276e986603.jpg

On était bien devant "On a marché sur Bangkok".

Ce film maudit, enterré par la presse, dont le box-office est tellement déprimant que même Allociné n'ose pas le mettre en ligne. Mais je n'étais pas là pour condamner. On avait envie de se faire peur. Mais aussi de comprendre.

J'ai déployé fébrilement mes machines. On a réglé notre détecteur d'humour absurde, notre enregistreur (notre appareil pour détecter la présence d'un scénario étant en panne) et on a attendu, tremblants. L'apparition a pris de l'ampleur, provoquant des événements surnaturels comme des impressions de déjà vu (Alice Taglioni en baroudeuse à poigne, des gags sur une mauvaise prononciation d'une langue) et même des hallucinations : c'est ainsi qu'on a cru à un moment voir apparaître Gérard Jugnot !

A côté de nous, les machines ronronnaient docilement.

Les visions se sont enchaînées : des paysages exotiques, une mission à accomplir : récupérer l'enregistrement manquant de ces deux minutes où l'homme était sur la lune, un enfant mutin...

On a marché2

Au bout d'1h30, la vision s'est achevée. On était déçus : ce n'était pas aussi terrifiant que prévu. Oui, ce n'était pas une vision originale, mais elle s'était faite regarder assez tranquillement. Mais on était tout de même excités : il y avait les données des machines à décrypter.

Le détecteur d'humour absurde avait failli rendre l'âme à la dernière scène. Mais on ne savait pas si c'était parce que l'humour absurde y était génial ou si la machine avait simplement voulu mettre fin à ses jours devant cette révélation assez ratée. Pour le reste du film, le signal du détecteur était resté presque quasiment plat contrairement à l'expérience que nous avions menés sur d'autres longs-métrages de Kad et O, comme "Un ticket pour l'espace". Quant à notre enregistreur, très sensible, il n'avait mis en boite que quelques rires, souvent lors des passages relayés par la bande-annonce.

"Expérience pas désagréable, mais manque cruel d'originalité, de punch, d'absurde, de tout", je notais sur mon calepin, tandis que l'on me hélait. "Hey, Chippily, tu veux qu'on aille voir quelque chose qui fait VRAIMENT peur ? Regarde !"

Et là, j'ai compris que, finalement, ça n'était pas grave si notre appareil détectant la présence ou non de scénario était en panne.

fast-and-furious-7.jpg

Publié dans N'ImpS !!!

Partager cet article

Repost 0

L'autre jour...

Publié le par Chippily

20425115_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

L’autre jour, je tombée sur une publicité vantant le sud de la France. Une publicité qui a commencé à s’éterniser, à devenir pataude, grossière. Et là, je me suis rendue compte que j’étais devant « Vive la France ! » de Michael Youn.

Publié dans N'ImpS !!!

Partager cet article

Repost 0

"C'est bizarre"

Publié le par Chippily

ob_39f8d9_maxresdefault.jpg

 

Risques de spoils ! 

- Je sors de « Tristesse club »… C’est quoi ce film ??!

- Pourquoi ? Il est bizarre ?

- Il est pire que bizarre même...

- Comment ça ?

- Je sais pas, c’est tourné de manière bizarre, les personnages sont bizarres, l’histoire est bizarre…

- C’est quoi l’histoire ?

- C’est deux frères qui apprennent que leur père est mort. Et là, ils rencontrent leur sœur, qui est en fait pas leur sœur, qui leur dit que, en fait, leur père il est pas mort… Enfin, c’est vraiment bizarre.

- Ah, mais oui, je vois maintenant de quel film tu veux parler ! C’est celui avec Vincent Macaigne ?

- Qui ça ?

- Un chevelu barbu chiant (t’as pas lu mon article à son sujet ??).

- Ah ouais, possible. Bah la prochaine fois, faut vraiment que je regarde la bande-annonce avant d’aller au cinéma ! J’en ai marre de me faire avoir !

- C’est sûr qu’aller voir The Conjuring sans savoir de quoi ça parlait et en pensant passer un moment marrant avec ses potes, fallait le faire…

Publié dans N'ImpS !!!

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>