Gone Girl, autopsie d'un film d'horreur

Publié le par Chippily

Gone-Girl-Trailer-Movie-HD-Wallpapers-51.jpg

Ah, comme ça, vous pensiez que "Gone Girl" était un thriller ? Pas du tout, il s'agit d'un véritable film d'horreur, qui reprend tous les codes du genre. Vous en doutez ? Enfilez vos gants en plastique, on va en salle d'autopsie disséquer tout ça.

gone_girl_1-620x8260000.jpg

Euh, Monsieur, vous pouvez vous pousser s'il vous plaît ? Non ? Bon, d'accord.

gone girl 1-620x826têtes

Les monstres au visage humain. Fin 2012. Je suis quelque part en Normandie, dans une salle de cinéma où les sièges n'ont pas d'appuie-tête (aïe), et je découvre (enfin), éberluée, "La nuit des morts-vivants" de George A. Romero. Une voiture qui glisse sur une route, un cimetière perdu dans la campagne, un homme qui titube... Est-il ivre ? juste dérangé ? Il continue de déambuler là, inquiétante étrangeté...avant de s'attaquer au frère de l'héroïne, et de révéler ainsi sa véritable nature : c'est un mort-vivant.

Vraisemblablement fauché, Romero n'a pas mis le paquet niveau maquillage, ni effets spéciaux. Ces zombies nous ressemblent. Mais si l'homme était plus effrayant qu'une quelconque créature ? C'est ce postulat qui a modifié le scénario de "The Thing" de Carpenter (grand film sur la paranoïa où le mal prendra finalement forme humaine), ce postulat qui aide à comprendre la terreur suscitée par Michael Myers ("Halloween") ou Jack Nicholson dans "Shining". Rien n'est plus effrayant qu'un homme qui devient fou, qui devient un monstre, car l'homme, ça peut être moi, ça peut être vous.

Et dans "Gone Girl", c'est cette monstruosité humaine qui est dévoilée petit à petit, introduisant un personnage diabolique qui fout les jetons. C'était la nuit des masques, et ils sont en train de tomber.

gone_girl_1-620x826tetes000.jpg

La peur (et le doute) au ventre. Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas dans "Rosemary's baby" : sa fin, grandiloquente, ridicule. Mais il y a quelque chose qui fonctionne dans "Rosemary's baby" : ce doute incessant tout au long du film. L'héroïne est-elle enceinte d'un bébé normal (moche, qui braille tout le temps) ou du bébé du diable (moche, qui braille tout le temps, mais qui a des griffes longues comme ça) ?

Plus question de banale question de griffes ou non dans "Gone Girl", mais de culpabilité : Ben Affleck a-t-il tué sa femme, portée disparue ? Le doute est un fabuleux moyen d'impliquer le spectateur dans un film d'horreur (chacun durant la première partie de "Gone Girl" a son avis sur ce qu'a fait - ou non - Ben Affleck), mais aussi de lui faire accepter un film qui tourne progressivement au fantastique. En effet, le spectateur ne croira jamais d'office qu'il y a un fantôme dans la maison des personnages, d'où l'hésitation de ces derniers au sujet de la présence d'un éventuel phénomène surnaturel ("Les Autres"...). Et là, pour faire accepter son script un poil rocambolesque aux spectateurs, David Fincher en a grave besoin, de doute...

gone_girl_1-620x82622222.jpg

Du sang et des larmes (de peur). Chaque film d'horreur a sa séquence choc, gore à souhait, avec au menu mains coupées, bain de sang ou ongles arrachés. Et bah "Gone Girl" c'est tout pareil. Attendez-vous à vous en souvenir (très) longtemps.

gone_girl_1-620x826tetes11111.jpg

Le mal ne meurt jamais. Les grands films d'horreur ont toujours une folle envie de surprendre le spectateur, que ce soit par ces foutus "jump scare" ou par un rythme complètement faussé. Vous pensiez que Marion Crane serait l'héroïne hitchcockienne de "Psychose" ? Haha. Vous pensiez que vous verrez tout de suite le fameux "Exorcisme" du titre du film de Friedkin ? J'espère que vous êtes patient. Vous pensiez que le dernier film de David Fincher se résumait à sa bande-annonce ?

Chut, je ne dirai rien, mais vous aurez droit à plusieurs rebondissements parfois improbables...mais qui font aussi tout le sel des films d'horreur. Ainsi, les méchants ne ressuscitent-ils pas un peu souvent au goût de la logique et de la science ? C'est bien connu, le mal ne meurt jamais, et le héros ou l'héroïne sera toujours obligé de surveiller ses arrières pour ne pas finir en pâtée pour chat.

Publié dans CiNéMa

Commenter cet article

Mina 22/11/2014 00:46

Désolé de mon double com et merci de prendre de ton temps pour aller lire ma critique. Bon au dodo, je m'en vais compter mes moutons ^^ Bonne nuit Chippily et très bon week-end :)

Mina 20/11/2014 23:18

Je t'ai laissé un com mais apparemment, il n'est pas passé : j'aime bcp ta critique et j'ai une préférence pour la fin du bouquin je l'ai écrit dans ma critique sur le livre puis le film) un
soupçon plus perverse. J'espère que cette fois-ci mon com passera. Bonne fin de soirée Chipilly :)

Chippily 21/11/2014 23:15



Si, si, ton commentaire précédent est bien là, je pense juste qu'Overblog a eu un petit bug ;) merci ! Ah d'accord, j'irai voir ta critique alors :)



Mina 20/11/2014 23:14

J'aime beaucoup ta critique Chippily, ayant lu le livre aussi, j'ai une toute petite préférence pour la fin du bouquin (je l'ai écrit dans ma critique sur le livre et sur le film) légèrement plus
perverse. Bonne fin de soirée :)