Star Trek Into Darkness

Publié le par Chippily

star-trek-into-darkness-jj-abrams-unveils-sprinkly-deleted-.jpg

 

Pitcho, mon pitch : revoilà l'Enterprise ! Spock, Kirk et toute la tribu sont de retour dans leur immeeeense vaisseau pour observer de nouveaux mondes (ça c'est la version officielle) et kicker des ass (ça c'est la version officieuse). Et cette fois, ils ont affaire à un vrai terroriste de l'espace...

"Star Trek Into Darkness" est un mastodonte de l'espace qui file à toute vitesse. Vite. Très vite. Trop vite. Sans halte. Train direct pour le divertissement. Pas le temps de développer !

Les scènes d'émotion sont coupées net. Tchac ! Pas le temps, pas le temps ! Pas le temps de s'épandre, pas le temps d'émerveiller. Une fille à moitié nue ? Quelques secondes. Pas plus. Pas le temps, je vous dis ! Les explications du pourquoi du comment ? Balancées en une minute chrono ! Zou ! Comme ça c'est fait ! Même un des meilleurs gags du film se fait en courant. "Je pique un sprint !", s'excuse un Simon Pegg essouflé.

"Star Trek" ne perd pas de temps. Nous entraine dans un tourbillon d'action. De grands gestes sacrificiels. De flares dans tous les sens. Le temps passe à un rythme fou. On en prend plein les mirettes. Et on reste finalement un peu sur sa faim. Trop superficiel. Méchant pas assez approfondi. Sans surprise. On ressort de là ragaillardi, plein de tonus. Mais, malheureusement, loin d'avoir la tête remplie de rêves.

Homer 2

Publié dans CiNéMa

Commenter cet article