Que vaut "Avant que de tout perdre", le court-métrage français sélectionné aux Oscars ?

Publié le par Chippily

Avant-que-de-tout-perdre.jpg

Pour l'instant, cela ressemble à un rêve éveillé pour Xavier Legrand, réalisateur d'"Avant que de tout perdre", court-métrage avec Léa Drucker et Denis Menochet. Après avoir raflé plusieurs prix au festival de Clermont-Ferrand, il empoche le César du meilleur court-métrage et sera en compétition ce soir aux Oscars. Mais, que vaut vraiment son film ?

Pitcho, mon pitch : "Un jeune garçon fait mine de se rendre à l'école et se cache sous un pont. Une adolescente en larmes attend prostrée sur le banc d’un arrêt de bus. Une femme vient les chercher tour à tour et les conduit sur le parking d'un hypermarché. Les enfants sortent du véhicule, la femme ouvre le coffre pour en extraire un gros sac poubelle. Ils entrent alors tous les trois précipitamment dans le magasin…" (Allociné)

Cela commence doucement, dans une bourgade paisible, dans le mystère le plus complet. Avant de s'achever de manière tonitruante, au rythme d'une course folle sur un parking. "Avant que de tout perdre" est comme ça : il vous agrippe au fur et à mesure des minutes, distillant ici et là des petits éléments accrocheurs. Et vous ravit finalement au détour d'une crise de panique d'un enfant.

Le court-métrage de Xavier Legrand ne brille pas par son scénario sophistiqué - loin de là, on attendrait même plus de rebondissements. Mais il réussit à installer une tension formidable, asphyxiant son spectateur, le faisant scruter maladivement chaque rayon de supermarché d'où le Mal pourrait surgir. Et laissant encore quelques minutes après la fin son coeur battre à toute allure. Reste à savoir si l'Amérique en aura elle aussi le souffle coupé.

Edit : pas de souffle coupé pour les Américains qui ont préféré au petit frenchy le court-métrage..."Hélium".

Homer 3

Publié dans CourtS-MétrageS

Commenter cet article