Quand "So Foot" se met au cinéma...

Publié le par Chippily

So Foot1

Surprise, ce mois-ci dans les kiosques ! Entre "Les Cahiers du Cinéma" et "Studio Ciné Live" s'était glissé un petit nouveau :"So Film", rejeton d'un célèbre magazine sportif et d'une maison d'édition.

Passé l'étonnement, une première question : Pourquoi ? Pourquoi faire un nouveau magazine sur le cinéma...alors que le marché est déjà saturé ? Histoire de percer le mystère, je paye les 4 euros 50 et embarque la revue.

"De vraies rencontres"

Déjà, ouf, le journal semble dès son édito conscient du problème : "Pourquoi SO FILM ?". Et la réponse est quasi exhaustive: "Pour raconter le cinéma tout simplement. Décrire et penser ses aventures, les passées et les présentes, les fameuses et les oubliées, les défuntes et les futures, afin d'en faire voir toutes les dimensions (...) Remettre le journalisme au coeur de l'écriture sur le cinéma (...) Faire un magazine excitant mais qu'on ne feuillette pas. Un magazine de récit qu'on lit, qu'on garde, qu'on prête. Où l'on prend suffisamment de distance avec l'actualité, notamment celle des sorties en salles, pour que les rencontres soient de vraies rencontres. Où l'on...". STOP ! N'en jetez plus ! Nous avons notre mot-clef : les rencontres.

So Foot2

Raël réalisateur d'un blockbuster

Car, en effet, rencontres il y a. Et de toutes les couleurs : un étonnant face à face entre HPG et Jacques Rozier, une interview sans langue de bois de Kervern et Délépine, une entrevue surréaliste avec Raël ("le prophète II"), une plongée dantesque dans le cinéma nigérian, une ballade au Texas avec Larry Clark... "So Film" regorge d'idées originales. Qui tournent parfois court (la rencontre entre le roi du X et le pauvre Rozier est certes amusante...mais c'est tout ; la ballade texane est un poil boring), ne marchent pas (devant expliquer ce qu'ils feraient s'ils devaient faire un film avec Brad Pitt, Beauvois et Podalydès sèchent...mais nous apprennent un tas de trucs sur Hollywood et son fonctionnement...étrange)... ou alors font mouche (l'idée de confronter un vrai gangster aux films policiers).

So-Foot3.png

Car "So Film" ose. Là où les autres revues de cinéma abordent un cahier critique florissant et une star hollywoodienne en couverture, le dernier venu n'affiche que 6 malheureuses critiques et fait le pari de Ricky Gervais pour sa Une, acteur moins connu que Romain Duris (dernière couverture de "Première") ou qu'un Spiderman (dernière Une de "Studio Ciné Live"). Et n'hésite pas à étaler l'interview de ce dernier sur 10 pages. On relèvera aussi le ton décalé, avec ses petites BD humoristiques et l'interview "WTF ?!?" de Raël, qui annonce solennellement qu'il va réaliser un film sur sa vie, film au budget de 250 millions de dollars (je le dis juste en passant : le budget des "Avengers" était de 220 millions de dollars). On apprendra aussi dans la revue que Michael Haneke adore faire la chenille (si, si), que Ricky Gervais avait un groupe de musique "new wave", ou encore que Nicolas Cage a tourné 19 films ces 5 dernières années.

Bref, malgré ses maladresses, la démarche de "So Foot" est assez intéressante. Maintenant, on attend les prochains numéros pour voir et se faire un avis complet sur la chose...

 

Réponse aux futurs commentaires (parce que j'arrive à lire dans l'avenir, et oui) : non, ce n'est pas un article sponsorisé (mais si vous voulez me donner de l'argent j'accepte volontiers héhé).

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article