Comment l'Islande est devenu une planète extraterrestre

Publié le par Chippily

Interstellar-on-location.jpg

Spoil : la planète de Matt Damon dans "Interstellar", c'était en fait l'Islande.

Mettez vos moufles et enfoncez votre bonnet jusqu'au nez : aujourd'hui, je vous emmène dans la nouvelle "place to be" des blockbusters américains, j'ai nommé : l'Islande. "Interstellar", "Prometheus" ou "Game of Thrones" y ont été tournés. Un choix esthétique, pratique... mais surtout très (très) intéressé de la part des producteurs.

C’est l’atterrissage. Les personnages d’"Interstellar", le film de science-fiction de Christopher Nolan, sont cramponnés aux sièges de leur vaisseau spatial, prêts à découvrir une nouvelle planète. Ils s’enfoncent dans les nuages, en heurtent un gelé, avant de découvrir avec stupéfaction les paysages glacés de la planète… de "Prometheus". A moins que ce ne soit la Terre post-apocalyptique d’"Oblivion". Ou les paysages où se lève le Mur de "Game of Thrones".

L'an dernier, assise dans ma salle de cinéma, j'ai eu plusieurs fois comme une impression de déjà-vu en contemplant les décors des films de science-fiction. Et pour cause : après une recherche rapide sur Google, je me rends compte qu'une grande majorité d'entre eux est tournée dans le même pays, l'Islande.

« La principale raison, c’est que nos paysages naturels ont le look parfait pour des films de science-fiction, me fait Einar Tómasson, de la Commission islandaise du film, en toute modestie. Et nous avons un grand nombre d’emplacements de tournage. Donc vous êtes toujours en Islande, mais vous voyez à chaque fois quelque chose de différent, de nouveau. »

James-Bond-Die-Another-Day-DVD-Iceland.jpg

Quand le James Bond "Meurs un autre jour" s'amuse sur la glace islandaise.

Un pays que saluent tous sourires chaleureux réalisateurs et acteurs sur le site de la commission. « C’était une expérience d’un autre monde », s’enthousiasme Christopher Nolan, tandis que Darren Aronofsky, qui est venu y réaliser son "Noé", acclame « l’un des plus uniques et inspirants paysages de la planète » et que Tom Hiddleston, qui y a tourné pour "Thor : le monde des ténèbres", vante les mérites de ce « monde de ravins, de cascades, d’étendues de sable noir, et d’aurores boréales ».

Arf, stop ! N'en jetez plus ! Parce que si acteurs et réalisateurs s'arrachent l'Islande, oui, c'est en partie pour des raisons esthétiques. Mais seulement en partie.

Jon-kissing

La scène du baiser entre Ygritte et Jon (Game of Trones) se passe en Islande,

comme toutes les scènes avec les "Sauvageons"

Imaginez : nous sommes à l'aube des années 2000, et les parlementaires de cette petite île de 325 000 habitants (ça représente à peu près la population de la ville...de Nice. Et encore, Nice est légèrement plus grande) se creusent la tête depuis des années pour promouvoir la culture, l'histoire, et la nature de leur pays. Un jour, ils ont une idée du feu de Dieu : rembourser, sous certaines conditions et temporairement un certain pourcentage des coûts liés à la production d’une série ou d’un film engendrés en Islande.

Après plusieurs modifications, la loi actuelle, étendue jusqu’en 2016, prévoit de rembourser jusqu’à 20% des frais occasionnés en Islande. Ajoutez à cela des distances réduites (je vous rappelle que l'île est toute toute minuscule), une lumière présente parfois jusqu’à une vingtaine d’heures par jour, des décors admirés par tous, ainsi qu’un grand nombre de professionnels du cinéma pour assister sur place les producteurs, et ça se bouscule déjà au portillon : Lara Croft, James Bond ("Meurs un autre jour"), Batman ("Batman begins") ou plus récemment Clint Eastwood (les "Mémoires de nos pères"), Benedict Cumberbatch ("Le cinquième pouvoir") ou Ben Stiller ("La vie rêvée de Walter Mitty") font la queue pour profiter de ce nouveau paradis glacé.

la-vie-revee-de-walter-mitty-photo-51fa6a99314a5.jpg

Même quand Walter Mitty est en Afghanistan, il est en fait en Islande. Et oui.

« Je ne sais pas si on peut appeler ça un « boom ». Mais c’est vrai que, depuis 2001 (date de création de la commission du film et entrée en action de la loi, ndlr) on attire des films régulièrement, et que depuis 3-4 ans les tournages sont de plus en plus nombreux », se félicite Einar Tómasson.

Un succès qui dope l’économie islandaise, donnant du travail aux figurants et aux compagnies locales de production : pour "Mémoires de nos pères", l'équipe recrute pas moins de 1 000 figurants et 250 professionnels sur place !

Mais ce succès attire aussi (surtout ?) les touristes étrangers. Depuis fin 2013, le site Iceland Travel organise des « film-tours » sur les traces de Walter Mitty ou de la Garde de nuit de Game of Thrones. Le visiteur lambda pourra ainsi récolter des anecdotes sur le tournage, découvrir la grotte où Jon et Ygritte ont eu leur premier moment coquin mais aussi en savoir plus sur le mode de vie des Islandais d’autrefois et d’aujourd’hui dans ces régions.

fortitude.jpg

La nouvelle série "Fortitude" tournée en Arctique ? Nope, toujours en Islande.

« La production d’un film peut faire bien plus pour chaque partie de l’île que de les utiliser comme arrière-plans pour certaines scènes ou pour un film entier, me fait remarquer Sólveig Kolbrún Pálsdóttir, d’Iceland Travel. On veut aider ces régions à maximiser les bénéfices engendrés par leur présence dans une œuvre présentée dans le monde entier. En organisant ces tours, on a l’impression de les aider, pour qu’elles aient eux aussi leur part du gâteau. »

En un an, ce sont 200 personnes qui ont suivi les tours relatifs à Game of Thrones, « un très bon chiffre quand on considère le fait que toutes ces personnes sont venues juste à cause de la série, et qu’elles ne seraient pas venues visiter le pays autrement », se réjouit Sólveig Kolbrún Pálsdóttir.

Prochain objectif pour Iceland Travel : lancer un tour consacré à Hollywood et à ses James, Lara ou Walter. Quant à la commission du film, elle croise les doigts pour que l’accord dit du « remboursement à 20% » soit prolongé après 2016.

Bonus :  les photos du vrai glacier d'"Interstellar". Impressionnant.

Commenter cet article