Annecy, jours 6 et 7 : Annecy, c'est fini...

Publié le par Chippily

Journal-Le-garcon-et-le-monde.jpg

Noémie était bénévole au festival international du film d'animation d'Annecy, qui s'est tenu début juin. Elle nous raconte jour par jour l'événement vu de l'intérieur.

"Vendredi 13 et Samedi 14 juin : Hello !

Je vais faire une confession : je vous écrit lundi soir à 21h, soit un jour après la fin du festival, et deux jours après le visionnage du dernier film que je suis allée voir. C'est une honte, je sais, mais les journées ont bien été remplies.

Tout d'abord vendredi a commencé avec le visionnage de sept courts-métrages en compétition. Une première pour moi, je n'avais jamais encore vu une sélection entière de courts-métrages (à cause des bus, souvenez-vous, obligée de partir avant la fin...). Mais ici, nous sommes le matin. Et l'avant-dernier jour de festival, la fatigue se fait sentir, l'impatience aussi. La projection a subi quelques problèmes techniques, et la plupart des courts-métrages m'ont peu marquée, excepté Padre de Santiago Bou Grasso, un film franco-argentin.

Un court métrage constitué de décors et de personnages miniatures. On y suit le quotidien d'une vieille dame, rythmé uniquement par le tic tac de son horloge. Elle seule lui dit ce qu'elle doit faire et à quel moment, sachant que le plus gros moment de sa journée est lorsqu'elle apporte le repas à un résident dans une chambre que nous ne verrons jamais. Le court est triste, l'éclairage grisâtre, reflétant clairement une solitude immense. Au cours du film, nous entendrons les voix venues d'une image d'archive : les enfants kidnappés (disons-le clairement) par la dictature argentine dans les années 70.

Un court-métrage touchant

Les mères, voire plus souvent les grands-mères (car les vrais parents furent souvent tués après avoir qu'on ait pris leurs bébés), qui cherchent leurs enfants ont décidé de manifester sur la place publique, réclamant qu'on les mette en contact avec leur progéniture. Au fur et à mesure des années, certains enfants découvriront que leurs parents ne sont pas leurs parents biologiques.

[SPOILERS !!!] Le court métrage se termine avec cette vieille dame amenant le plateau dans une chambre vide [FIN DES SPOILERS !!!]. Il est difficile d'expliquer pourquoi ce court métrage m'a touché plus que les autres, le sujet peut-être. J'avais eu l'occasion de voir un documentaire sur la volonté de ces parents à retrouver leurs enfants.

La journée habituelle se déroula sous un soleil radieux, avant de se conclure sur un apéro rapide avec les bénévole du MIFA.

La journée se termine avec le film brésilien Le garçon et le monde de Alê Abreu, qui raconte l'état du Brésil, ses destructions de forêt, les licenciements pour le remplacement par des machines par les yeux d'un enfant. Les dessins sont simples, les couleurs sublimes, la musique apaisante, pas de dialogues, juste des bruitages largement suffisants pour la compréhension du film, même pour des enfants. Film important au commencement de la Coupe du monde de football, qui encourage à ne pas parler des problèmes du pays, alors que le monde entier a les yeux rivés sur le Brésil.

Nuit endiablée, tristesse, et grande claque

Oui, j'ai vu le grand gagnant du cristal du festival, mais honnêtement, un seul visionnage est largement suffisant, surtout dans les conditions de la projection (chaleur !! et impossibilité de respirer, loooooongue journée pour regarder un film à 20h30 sans dialogue).

La soirée se termine par une marche interminable pour rejoindre le centre-ville, espérant assister à un concert sympa... mais vide !

Le dernier jour fut calme, sans séance, pour une nuit endiablée dans le parc de l'Impérial qui se termina pour moi vers 4h du matin pour une longue marche dans la nuit, pour regagner mon logement, non pas sans un peu de tristesse. Abandonner les personnes du festival et l'organisation fut difficile, mais je ne garde que de bons souvenirs, et la conviction que OUI, j'aime le cinéma, tout le cinéma et que je ne travaillerai que dans ce milieu. Des fois, les doutes vous tombent dessus, et ce festival m'a permis de me donner une claque pour me dire de ne jamais baisser les bras.

Bref, je pense que l'avenir sera bon pour moi, j'ai déjà pas mal galéré pour faire des trucs pourris alors je vais galérer avec joie pour faire ce que j'aime ! A bientôt et bons films !!"

C'est fini pour ce festival d'Annecy 2014 ! Un grand merci à Noémie pour nous avoir fait vivre cette folle semaine !

Publié dans HoRs-cHaMp

Commenter cet article

Noémie 14/08/2014 16:32

Merci pour ce gentil com' !!
Je viens de le voir, (toujours à l'heure, moi !) contente que les résumés t'ai plu ^^

Mina 09/07/2014 16:04

Salut Chippily, merci à toi et à Noémie pour cette agréable "ballade" au festival d'Annecy que j'ai vraiment eu l'impression de vivre moi-même ( je ne sais pas si Noémie tiens un blog mais si ce
n'est pas le cas, elle devrait; tout comme toi, c'est un plaisir de la lire), j'espère que je pourrais voir certains de ces longs-métrages. A très vite et cette fois-ci, pas d'erreur de nom, je
suis bien réveillée :-) à très vite !!!!

Chippily 23/07/2014 11:57



Merci Mina :) oui, à très vite !