Quand une île réconcilia (presque) Alain Resnais avec la Bretagne

Publié le par Chippily

Image du film "Mon Oncle d'Amérique".

Image du film "Mon Oncle d'Amérique".

Previously, in The Chippily Show : le réalisateur Alain Resnais a grandi à Vannes, mais déteste la ville. Et du coup la Bretagne. Mais un tournage va le faire (un peu) changer d'avis.

On est à l’orée des années 80 et Alain Resnais est embêté. Pour son prochain film, « Mon Oncle d’Amérique », il lui faut une île. Une toute petite, pour qu’elle puisse bien rentrer dans le cadre. Il cherche dans toute la France, fouille en Méditerrannée, en Atlantique… Rien ne le satisfait.

Enfin, si : une des deux Logoden, dans le golfe du Morbihan. D’abord, le réalisateur se refuse à y aller. Depuis son enfance, il a en horreur la Bretagne. Finalement, il se laisse convaincre.

C’est qu’il la connait bien, la Logoden. Enfant, en cachette de ses parents, il prenait un canot et ramait jusqu’à là-bas. Histoire de lire tranquillement les BD achetées au kiosquier de la gare de Vannes.

L'île Logoden sur laquelle Alain Resnais tourna "Mon Oncle d'Amérique".

L'île Logoden sur laquelle Alain Resnais tourna "Mon Oncle d'Amérique".

En 1979, il y emmène Gérard Depardieu et Nicole Garcia. Croit reconnaître la petite embarcation qu’il utilisait enfant… et tient à l’utiliser, malgré le regard horrifié des techniciens devant le piteux état de la barque.

Le début d’une (petite) réconciliation avec sa région natale : dans Cœurs, ses personnages principaux viennent de Roscoff et Alain Resnais envisagea d’y tourner un autre film, Or, sur la légende arthurienne, au début des années 2000. Un projet qui tombera à l’eau.

Publié dans HoRs-cHaMp

Commenter cet article