"Pourquoi elle s'appelle Cécile De France si elle est Belge ?"

Publié le par Chippily

Lundi 2 mai, l'équipe du film "Ôtez-moi d'un doute" était en tournage dans les rues de Vannes. Et j'y étais... (photo : Osterwoman)

Lundi 2 mai, l'équipe du film "Ôtez-moi d'un doute" était en tournage dans les rues de Vannes. Et j'y étais... (photo : Osterwoman)

Et soudain, c'est le drame. Il pleut. Mais pas de la vraie pluie, non. C'est l'autre, en haut, qui nettoie la façade de l'immeuble avec un jet d'eau. Et ça éclabousse ! Et ça fait un boucan de tous les diables !

En bas, dans la rue Francis-Decker, à Vannes (Morbihan), ça jette des regards inquiets vers l'hurluberlu. C'est qu'on veut tourner une scène, bordel ! Et que y'a François Damiens qui attend en tirant sur sa clope.

Ca s'appellera "Ôtez-moi d'un doute", répète l'assistante en menant les piétons égarés derrière les barrières. Et oui oui, c'est un film qui sortira sans doute l'an prochain.

Tout le monde regarde l'acrobate des airs...et personne ne semble remarquer la petite pharmacie qui clignote. Et pourtant...

Tout le monde regarde l'acrobate des airs...et personne ne semble remarquer la petite pharmacie qui clignote. Et pourtant...

Le bruit a cessé. Mais c'est que l'acrobate s'est emmelé dans ses cables, le con ! Il redescend enfin en rappel, traverse la rue, penaud. Ca soupire de soulagement en bas. Les choses sérieuses vont commencer. Parce que y'a pas que François Damiens qui attend : deux voitures sont prêtes à faire hurler les moteurs et les figurants piétinent.

On répète. Cécile de France traverse la rue d'un pas sévère, emmitouflée dans une grosse veste, une lettre à la main. François Damiens, en pull, la suit en courant. "Madame ! Madame !" 

Derrière les barrières, ça commente sec. "Il est où, François Damiens ? C'est qui ?" "C'est celui avec le crâne presque chauve. C'est le père dans La famille Bélier." "... Je vois pas qui c'est, je vais pas voir tous les films au cinéma, moi !" ; "Mais si, tu sais, il a joué dans des caméras cachées ! Si ça se trouve, il en a fait à Vannes..." ; "Elle est belge, Cécile de France ?! Mais pourquoi elle s'appelle De France, alors ?" "Ca doit être un pseudo."

Trouveras-tu sur cette photo : un gars qui a froid ? un gars qui s'ennuie et qui textote ? la direction du quartier médiéval ? le floutage de plaque très discret ? François Damiens en train de tirer sa clope ?

Trouveras-tu sur cette photo : un gars qui a froid ? un gars qui s'ennuie et qui textote ? la direction du quartier médiéval ? le floutage de plaque très discret ? François Damiens en train de tirer sa clope ?

On coupe. Un cycliste se faufile. S'arrête devant la scène du tournage et dégaine son smartphone pour prendre des photos.

De l'autre côté, y'a Cécile de France et François Damiens qui soufflent. Un coiffeur réajuste les cheveux blonds de la Belge, qui a dû troquer sa veste d'hiver contre une petite en cuir pour les vraies prises de vue. La réalisatrice lui glisse un : "Tu dois être plus ferme, ta vie en dépend." François Damiens, pourtant sous le soleil, prend un parapluie.

Entre les prises, ça "selfise", ça prend des photos à la dérobée, ça dit des choses à l'oreille de François Damiens en rigolant. L'équipe râle. Elle va voir l'agent complètement dépassé par l'événement, lui murmure qu'il faut que ça cesse, que ça déconcentre les acteurs. Il hoche la tête, fait reculer tout le monde.

"Pourquoi elle s'appelle Cécile De France si elle est Belge ?"

Y'a pas que les passants qui reculent. Cécile de France aussi. Elle heurte un curieux. "Excusez-moi Monsieur, hein", grince-t-elle. Depuis le petit train touristique, on essaye de choper des photos du tournage, pendant que les assistants gueulent sur les spectateurs. "Madame, je vous ai dit d'aller plus loin !!"

C'est fini. L'agent, toujours aussi dépassé, renâcle à laisser partir la foule. "Mais si, tu peux !" lui fait tranquillement son collègue de l'autre côté de la route. Une voiture de police bloque la voiture d'une assistante. "Hé ! Il faudrait que quelqu'un la déplace ! Je peux pas sortir !" crise-t-elle. Les agents la toisent : "Bah, appelez la police !"

A quelques mètres de la fameuse pharmacie...

Les curieux se sont précipités vers François Damiens. L'assistante a réussi à prendre sa voiture...qu'elle amène dix mètres plus loin pour permettre à Cécile de France de s'y engouffrer aussitôt. Dernières photos, puis la voiture démarre et les vitres teintées se referment sur les visages des acteurs belges.

Les baudauds se dispersent. Les équipes techniques plient bagage. Dans quelques minutes, la rue Francis-Decker sera rendue à la circulation et au lèche-vitrine. Tout le monde sera parti et n'aura même pas remarqué la petite enseigne à la croix verte clignotante. Une pharmacie discrète et, pourtant, qui fut tenue par un certain Monsieur Resnais. Le père d'Alain. Et sûr que, s'il avait été là, collé à la vitre, fourré entre les boites de Smecta et les Doliprane, il aurait bien ri devant tout ce cirque, le petit Alain.

Publié dans HoRs-cHaMp

Commenter cet article