Trois trucs chelous dans "Rencontre avec Joe Black"

Publié le par Chippily

Brad Pitt et Anthony Hopkins en train de regarder "Rencontre avec Joe Black" : "Et bah, c'est pas terrible, terrible..."

Brad Pitt et Anthony Hopkins en train de regarder "Rencontre avec Joe Black" : "Et bah, c'est pas terrible, terrible..."

C'est l'histoire d'Anthony Hopkins qui entend tout le temps quelqu'un lui murmurer à l'oreille : "Ouiiii..." Ca pourrait être une voix off d'un film de Terrence Malick qui s'est égarée, mais non, c'est la MORT (en majuscules, pour faire plus peur) qui veut TUER notre Hannibal préféré et ceci dans un film qui dure 3 HEURES.

Heureusement, les deux parties concluent un deal : Hopkins doit faire découvrir la vie à la grande faucheuse, et il aura encore le temps de souffler les bougies de son énorme gâteau d'anniversaire.

Personnellement, j'aurais préféré qu'il le tue TOUT DE SUITE, ce qui m'aurait épargné 3 HEURES à somnoler sous une couverture, mais bon, ça aurait été dommage, car le film est plutôt intéressant. Non, pas cinématographiquement parlant, mais plutôt niveau "grand n'importe quoi". Trois exemples.

3. La drague de Brad Pitt

Une femme rencontre un inconnu dans un bar et il lui plaît. Non, ce n'est pas un cliché, mais une séquence de "Rencontre avec Joe Black".

Susan, la fille préférée d'Anthony Hopkins, maquée avec le terrible-pas beau-cupide Drew, s'entiche ainsi de Brad Pitt. Qui commence sa drague par quelque chose comme : "Les femmes et les hommes n'ont rien à faire ensemble."

...

Trois trucs chelous dans "Rencontre avec Joe Black"

Je ne connaissais pas cette technique de drague, mais je suis curieuse d'essayer pour voir si j'arrive au même résultat.

2. L'envolée lyrique d'Anthony Hopkins

Si vous avez bien suivi, Anthony Hopkins a donc une fifille préférée, Susan, qui passe son temps à se mordre la lèvre et à faire de grands yeux tristes et qui est avec un gros beauf, ce qui le chagrine un peu. Par contre, son autre fille, qui se décarcasse pour lui assurer un anniversaire du feu de Dieu, il s'en fout, mais ROYALEMENT. 

Voilà pas que Susan et Hopkins se retrouvent dans la même voiture. Et le père de s'enquérir de l'état de la relation amoureuse entre sa fille et l'abominable Drew. Mais papa, tu te mêles de tes oignons, oui ?!? La fille minaude, Hopkins comprend que ce n'est pas le grand amour, et il s'enflamme. 

Il veut qu'elle soit folle amoureuse, transportée par Cupidon, qu'elle brûle, qu'elle "entre en TRAAAaaaNSE !!!" s'exclame-t-il.

Euh... c'est gentil papa. Rappelle-moi...c'est quand la dernière fois que tu as pécho ? Hum ? Parce qu'il faudrait t'y remettre là. Vite. Très vite.

3. La blague toute pourrie (mais vraiment, vraiment toute pourrie) du mari de la fille-que-personne-n'aime

La famille est à table. Susan a décidé d'entrer en "TRAAAaaaNSE" en se rapprochant de la Mort (qui a pris l'apparence de Brad Pitt, car la Mort ne se fait pas chier). L'autre fille d'Hopkins est triste car son père et le spectateur du film n'en ont toujours rien à faire d'elle. Son mari mange trankilou et Hopkins se lance dans un discours improvisé sur ses deux "petites filles".

A ces mots, le mari de la fille-pas-préférée arrête de manger. Son regard se perd dans le vide. Et il articule : "Moi, j'aime bien les petites filles."

L'image s'est arrêtée. En fait, c'est ma pote qui partage la même couverture et la même somnolence que moi qui a mis le film sur pause. Et qui est en train littéralement de s'étouffer de rire.

Je tente tant bien que mal de la réanimer - j'aime pas trop quand des gens meurent chez moi - et elle se redresse enfin, haletante, les larmes aux yeux. "Mais attends, souffle-t-elle, prête à recommencer une autre crise de rires. Dans quel contexte cette phrase n'est-elle pas horrible ?"

Bonne question. Auquelle on n'aura probablement jamais la réponse. 

Publié dans CiNéMa

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article