Ce que je ne vous ai pas dit en 2015 : l'épopée Mad Max

Publié le par Chippily

C'est comme ça, je suis toujours en retard sur ce blog. Je parle du Festival Lumière deux mois après, me lance dans la critique d'un film oublié depuis des semaines... Et me voilà qui débarque un 10 janvier pour vous fêter la bonne année !

Et aussi pour faire le récit/résumé/jeter sur le blog tous les sujets que j'ai voulu traiter en 2015...et qui n'ont jamais vu le jour. Bon, je commence par quoi ?

Mad Max : ton univers impitoyaaaaable - mai 2015

Pour savourer pleinement "Mad Max : Fury road", je veux tenter le grand chelem : m'avaler les quatre épisodes à la suite. Coup de chance, j'ai un ami tout disposé à me prêter les anciens et qui m'en passe... deux. "Il n'y en a pas un troisième ? Avec Tina Turner ?", je demande. "Je n'ai rien entendu ! Je n'ai rien entendu ! Il n'y a jamais eu de 3ème Mad Max ! JAMAIS ! Lalalalala !", hurle-t-il en se bouchant les oreilles et en partant.

Le soir-même, devant mon ordinateur, je lance la machine... et me trompe lamentablement en commençant par le 2ème opus (j'ai bien fait, finalement. J'y reviendrai). J'atteris dans un univers de poussière, de cris, de yeux exhorbités, d'images en accéléré, et de virilité... assez étrange.

Ce que je ne vous ai pas dit en 2015 : l'épopée Mad Max

Dans un monde où la civilisation est à terre, où tous les magasins ont été pillés, il ne reste qu'un endroit pour trouver des habits :

les sex-shops !

J'enchaîne avec le tout premier épisode de la saga. Et, mon Dieu QUE C'EST KITSCH. Mel Gibson et sa femme s'engueulent, puis elle se met à jouer du saxo. La présentation du commissariat est digne d'un téléfilm de TF1. Les policiers tentent d'avoir l'air sérieux dans leur tenue en cuir qui les moule sévère. La femme dit : "Le petit me tanne pour avoir une glace" alors qu'IL NE SAIT MÊME PAS ENCORE PARLER, BORDEL !

Tout ça pendant que des toxicos hurlent, que des yeux s'exhorbitent, que des voitures partent en accéléré... et que le grand méchant me fait penser à quelqu'un.

Ce que je ne vous ai pas dit en 2015 : l'épopée Mad Max
Ce que je ne vous ai pas dit en 2015 : l'épopée Mad Max

Ne me reste plus, en l'absence du troisième épisode, qu'à regarder "Mad Max 4" pour me rendre compte que oui, George Miller a toujours des goûts délicats en matière de mode (cf. les piercings aux tétons d'un méchant), que non, les accélérés ne masquaient pas dans les précédents épisodes un défaut de technique, mais qu'ils sont bel et bien un "effet de style" du réalisateur...

Et que les films de camion, c'est quelque chose quand même ("Duel", "Le salaire de la peur", "Le convoi de la peur"...).

Publié dans CiNéMa

Commenter cet article