Lumière 2015 : des muets et beaucoup de blabla

Publié le par Chippily

Thierry Frémaux, directeur de l'Institut Lumière de Lyon, et Laurent Gerra, un des fondateurs du festival Lumière.

Thierry Frémaux, directeur de l'Institut Lumière de Lyon, et Laurent Gerra, un des fondateurs du festival Lumière.

Des rétrospectives, des master-class et une star, Martin Scorsese : tel était le cocktail proposé par le Festival Lumière, qui s'est tenu à Lyon du 12 au 18 octobre 2015. Aujourd'hui, les films muets de l'événement "Une nuit au Gaumont palace".

Comment bien parler (= en profondeur et avec détachement) d'une société, en l'occurence Gaumont, quand son grand patron (Nicolas Seydoux, barbe blanche et écharpe rouge) est dans la salle ? Voilà une question auquelle Thierry Frémaux et Laurent Gerra, présentateurs de la soirée "Une nuit au Gaumont palace", ne répondront pas.

Pourtant, tout partait d'une bonne idée : après chaque petit film Gaumont, rallumer les lumières de l'Auditorium de Lyon et dire quelques mots sur le suivant. Malheureusement, c'était sans compter les imitations douteuses de Gerra, les explications envoyées en deux coups de cuiller à pot de Frémaux et cette phrase-gimmick insupportable : "Et on salue Nicolas Seydoux, qui est dans la salle !" Le tout pour une soirée payée 15 €. Dur.

L'omnipotent Thierry Frémaux.

L'omnipotent Thierry Frémaux.

Heureusement, les films, eux, étaient à la hauteur, et ont répondu au silence quand les mots des autres devenaient lourdingues - dommage, j'aurais voulu en savoir plus sur un des inventeurs du dessin animé, Emile Cohl. D'après Wikipédia, il se battait en duel à l'épée contre les amants de sa femme et a trouvé la mort à 81 ans "suite aux brûlures occasionnées par l'embrasement de sa barbe par la flamme d'une bougie".

Au menu du soir : de l'Alice Guy ("La fée aux choux", "Chez le photographe"...), première réalisatrice de l'histoire du cinéma ; du Louis Feuillade ("Une dame vraiment bien", "Bout de Zan vole un éléphant"...), du Emile Cohl donc... 

"Bout de Zan vole un éléphant" : un gamin pique l'éléphanteau d'un cirque, va au resto avec et mendie avec dans la rue. Normal.

"Bout de Zan vole un éléphant" : un gamin pique l'éléphanteau d'un cirque, va au resto avec et mendie avec dans la rue. Normal.

Et des histoires et trucages assez bien vus : une main apparaît soudain au-dessus d'un pauvre homme ici, un voleur escalade une maison ou, mon préféré, un policier a un bras à rallonge ("L'agent a le bras long"). Une oeuvre, que, si on l'a aimé, selon Allociné, on aimera aussi...

Me demande qu'est-ce qu'ils ont comme logiciel pour faire le lien entre un film muet de quelques minutes et ça...

Me demande qu'est-ce qu'ils ont comme logiciel pour faire le lien entre un film muet de quelques minutes et ça...

Publié dans HoRs-cHaMp

Commenter cet article